Emery Béland défend son intégrité

Emery Béland compte défendre son intégrité. L'ancien directeur... (Collaboration spéciale Johanne Fournier)

Agrandir

Emery Béland compte défendre son intégrité. L'ancien directeur du bureau de circonscription du député Rémi Massé est au coeur d'une controverse entourant une somme de 215 000 $ réclamée par le Cégep de Matane.

Collaboration spéciale Johanne Fournier

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Johanne Fournier

Collaboration spéciale

Le Soleil

(Matane) Après avoir remis sa démission auprès du député d'Avignon-La Mitis-Matane-Matapédia, Emery Béland jure maintenant qu'il défendra son intégrité. L'ancien directeur du bureau de circonscription du député Rémi Massé est au coeur d'une controverse entourant une somme de 215 000 $ réclamée par le Cégep de Matane.

Il a quitté ses fonctions mardi, après que la ministre de l'Enseignement supérieur, Hélène David, eut ordonné au Cégep de Matane d'entreprendre des recours juridiques afin qu'il rembourse l'argent qu'il a reçu lors de son départ comme directeur général de l'établissement en juin 2014. Les 215 000 $ représentent sa prime de fin d'emploi et le paiement de 110 jours de vacances. La ministre a qualifié les sommes versées à l'ancien cadre «d'inquiétantes irrégularités». La direction du Cégep a mandaté la firme Cain Lamarre Avocats de Rimouski pour intenter les recours.

«Si j'ai décidé de remettre ma démission, c'est pour éviter toute distraction à la poursuite de l'excellent et indispensable travail du député et de son équipe dans la circonscription», a fait savoir M. Béland par voie de communiqué. Il affirme «avoir agi en toute transparence et de bonne foi au moment de quitter ses fonctions». Il en profite pour rappeler qu'il a consacré 24 ans de sa vie professionnelle au service de l'établissement, dont 13 en tant que directeur général. Il assure avoir respecté les règles qui étaient alors en vigueur et qu'il a «la ferme intention d'entreprendre les démarches nécessaires pour le démontrer».

Le député Massé a réagi, mercredi, à la décision de la ministre David. «Je suis surpris, admet-il. Mais je ne connais pas les raisons qui motivent sa démarche.» Le parlementaire s'est dit attristé par le départ de son employé. «J'ai un membre important de mon équipe qui m'a annoncé sa démission à la suite de vos articles, indique-t-il. Évidemment, il y a des journées meilleures que d'autres!»

Professionnalisme

Rémi Massé affirme ne pas avoir incité M. Béland à démissionner. «C'est venu de lui-même, dit-il. On a eu des discussions. Il m'a remis sa démission et je l'ai acceptée.»

Sans chercher à défendre l'intégrité de son ancien attaché politique, le politicien tient à souligner qu'Emery Béland «a toujours travaillé avec professionnalisme, intégrité et dévouement, sept jours sur sept, au développement de la région». «Il va défendre son intégrité, c'est clair», indique-t-il. Par ailleurs, le député Massé assure que cette histoire n'entachera pas ses liens d'amitié avec Emery Béland.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer