La poétesse Érika Soucy riposte à Rambo Gauthier

Érika Soucy... (Photothèque Le Soleil, Erick Labbé)

Agrandir

Érika Soucy

Photothèque Le Soleil, Erick Labbé

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) La poétesse originaire de la Côte-Nord Érika Soucy s'est offert la viralité sur Facebook en répondant aux dires de Bernard Gauthier diffusés à Tout le monde en parle dimanche : «Je tiens à te parler des femmes de chez nous. De celles qui aiment jaser de "linge pis de leurs patentes". Je les connais bien, elles sont mes tantes, mes cousines, ma mère...»

Quand les hommes de la Côte-Nord partent à l'usine ou au chantier durant plusieurs jours sans revenir : «Honnêtement... Tu le sais comme moi que c'est la femme qui administre. Que c'est elle qui se retrouve avec la charge d'organisation quotidienne que demande une famille. C'est elle qui reste, c'est elle qui éduque, c'est elle [...] qui surveille, s'inquiète pis qui mets ses culottes ben souvent. En plus de laver celles des autres. Si tu veux jaser de linge, ça va être à ce niveau-là.»

Toujours sur les propos du syndicaliste au sujet des hommes enivrés de bière qui jasent politique pendant que les conjointes, à l'écart, discutent de leurs «affaires» : «Je comprends que c'était une joke. Mes mononcs en disent des pires plusieurs fois par jour, l'affaire c'est que mes mononcs ne se présentent pas comme député de Duplessis aux prochaines élections.»

Et puisqu'elle évalue les chances de Gauthier d'être élu à l'Assemblée nationale au prochain scrutin, elle en profite pour le conseiller sur l'avenir de la jeunesse de la Côte-Nord. Érika Soucy se demande s'il serait préférable de leur offrir plus de perspectives que celle de faire ses heures sur les chantiers pour toucher du chômage le reste de l'année.

«On investit comment dans leur avenir, Bernard ? En envoyant papa faire ses heures pour son chômage c't'année ? Ça met du pain sur la table une couple de mois, je peux pas te contredire là-dessus, mais à long terme, ça change quoi ? Quand l'école compte trente élèves pis qu'on s'intéresse à rien de plus que ce qui passe à TV ou de c'est quoi la meilleure marque de froque de ski-doo ? Quand on n'a pas de programme culturel pour nos jeunes, quand y'ont jamais vu un noir de leur vie pis qu'y chient dans leurs shorts juste à penser au métro de Montréal... Quand on a un paysage magnifique qui se meurt parce qu'on n'a pas appris que c'était important d'y faire attention ou qu'on refuse simplement d'en faire un attrait touristique parce qu'on a peur des étrangers. Ceux qui immigrent mais aussi les autres : les snobs de la ville qui ont aucune idée de comment ça se passe pour vrai icitte.»

«Et si la solution était dans l'ouverture, dans la culture, dans la connaissance ? Et si c'était pour nos écoles qu'il fallait que tu gueules fort à l'assemblée nationale ? Si on éduquait nos flots, sacrament !»

Toujours sur Facebook, Bernard Gauthier a réagi à la déferlente ayant suivi son passage sur le plateau de Guy A. Lepage : «Woooo!!!!! Mesdames, [...] Calmons-nous un Peux!!j'essayais simplement d'imagé Le Tout! Pendant que les boys parles politiques d'un coins, Il se Peux fort bien que les filles parles de la même affaires a l'autre bout du terrain aussi!! La je crois que ça vas pas mal trop loin!! Franchement!!!»

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer