«Bombe météo»: cinq maisons risquent la démolition à Sept-Îles

À Sept-Îles, cinq propriétaires «privilégieraient» la démolition de... (Collaboration spéciale Fanny Lévesque)

Agrandir

À Sept-Îles, cinq propriétaires «privilégieraient» la démolition de leur résidence après la «bombe météo» du 30 décembre.

Collaboration spéciale Fanny Lévesque

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
<p>Fanny Lévesque</p>
Fanny Lévesque

Collaboration spéciale

Le Soleil

(SEPT-ÎLES) Cinq maisons lourdement endommagées par la «bombe météo» du 30 décembre risquent fort d'être démolies à Sept-Îles, où les ministres Pierre Arcand et Martin Coiteux sont attendus jeudi pour «constater de visu» les dégâts.

La sécurité civile poursuit toujours son évaluation des dommages laissés par la tempête hivernale d'une rare intensité qui a forcé l'évacuation d'une vingtaine de riverains. Des sinistrés rencontrés, cinq propriétaires «privilégieraient» la démolition de leur résidence plutôt qu'une relocalisation, a confirmé la Ville de Sept-Îles. 

C'est que les résidents dont le domicile principal a été plus durement touché ou qui se retrouvent devant un risque «imminent» sont admissibles au programme d'aide financière du ministère, qui leur offre une aide maximale de 158 000 $ pour être déménagés ou encore de prendre l'indemnisation et permettre la démolition. 

«D'autres résidences sont en analyse présentement, ça va évoluer au fil des jours, au fil des semaines», a expliqué le directeur général, Claude Bureau. Depuis lundi, la sécurité civile s'affaire d'ailleurs à «établir les priorités» des résidences plus à risque avec un «spécialiste en érosion», a expliqué le directeur régional, Pierre Dassylva. 

Les ministres attendus

Le ministre de la Sécurité publique, Martin Coiteux, et le ministre responsable de la Côte-Nord, Pierre Arcand, doivent visiter les secteurs touchés de Port-Cartier et Sept-Îles jeudi, en plus de rencontrer les municipalités. «Est-ce qu'il a moyen de se donner un plan de match plus global?» s'interroge le maire de Sept-Îles, Réjean Porlier, qui déplore l'absence de «stratégie» pour les problèmes d'érosion. 

«Je veux regarder avec [eux] si on peut se donner un minimum de projection et pas regarder seulement ce qui s'est passé aujourd'hui et attendre la prochaine [tempête]», poursuit-il. La Ville entend notamment sensibiliser Québec pour assouplir certaines règles pour les cas «qui seront problématiques tantôt» et faciliter la relocalisation. 

La tempête du 30 décembre a malmené les rives de la Côte-Nord, mais Sept-Îles a été la plus affectée avec 43 bâtiments touchés, dont huit maisons «fortement endommagées». En plus des cinq qui sont susceptibles d'être détruites, une autre devrait pour l'heure, être relocalisée, a ajouté la direction générale.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer