L'épave d'un navire de guerre anglais découverte en Côte-Nord

L'épave découverte consiste en un pan de coque... (fournie par André Maltais)

Agrandir

L'épave découverte consiste en un pan de coque d'un navire militaire. On aperçoit les sabords, où étaient placés les canons.

fournie par André Maltais

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
<p>Steeve Paradis</p>

(Baie-Comeau) Une découverte fortuite faite par un citoyen de Portneuf-sur-Mer, en Haute-Côte-Nord, pourrait bien conduire à la mise au jour d'une épave de navire de guerre anglais du tout début du 19e siècle, le Banterer.

«Il reste bien sûr encore des expertises à faire, mais il pourrait bien s'agir d'un navire militaire britannique ayant navigué dans le fleuve dans les années 1800», confirme Annie LeGruiec, de la direction des communications du ministère de la Culture et des Communications (MCC). «Il faut maintenant un certain temps pour que les expertises situent cette découverte dans son contexte historique», a-t-elle ajouté.

Le citoyen en question qui a fait cette découverte intrigante a alerté un connaisseur en matière d'épaves, qui a par la suite avisé la fondatrice du site Généalogie HCN, Nataly Brisson. Rapidement, le MCC a aussi été informé de la découverte et a envoyé un de ses représentants, accompagné de plongeurs qui connaissent bien les lieux.

Mme Brisson croit avoir relevé une piste qui permettrait d'identifier cette épave comme étant le Banterer, navire de guerre britannique de 22 canons de passage dans le fleuve à l'automne 1808 et chargé de convoyer des marchandises vers la colonie. «On ne peut évidemment pas l'affirmer hors de tout doute tant que le Ministère n'aura pas complété ses expertises, mais selon le texte que j'ai trouvé sur le naufrage du Banterer, ça ressemble drôlement à ce qui s'est passé ici», indique-t-elle.

La généalogiste a déniché un texte dans un site racontant les naufrages des bateaux de la Royal Navy entre 1793 et 1849. On y explique que le Banterer, conduit par le capitaine Shippard, a accosté au Bic le 28 octobre 1808 pour embarquer un pilote spécialiste du fleuve, tout comme les navires doivent le faire encore aujourd'hui.

Une fois à bord, le pilote serait remonté vers le nord pour prendre les vents dominants, mais il s'est retrouvé pris en pleine tempête durant trois jours. Le Banterer s'est délesté de son chargement sur le banc de sable de Portneuf-sur-Mer durant une accalmie, mais il se serait définitivement enlisé un peu plus à l'ouest, dans le secteur dit de Pointe-à-Boisvert. Le capitaine Shippard abandonna le navire le 1er novembre, toujours d'après le récit retracé par Mme Brisson.

Les survivants se sont réfugiés dans ce qui serait vraisemblablement le poste de traite de Portneuf, déserté l'hiver, sans nourriture. Ils devront patienter une vingtaine de jours avant de recevoir des vivres et une semaine de plus avant de pouvoir gagner Québec.

«Ça ressemble étrangement à ce naufrage. On n'en a pas encore la preuve irréfutable, mais ce serait le fun en maudit si c'était ça», conclut Nataly Brisson en vantant la qualité de la découverte et le relatif bon état des vestiges.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer