L'UMQ déconnectée des préoccupations rurales, dit Suzanne Tremblay

La présidente de la Coalition Urgence rurale, Suzanne... (Collaboration spéciale Johanne Fournier)

Agrandir

La présidente de la Coalition Urgence rurale, Suzanne Tremblay, estime que le président de l'UMQ, Bernard Sévigny, ne tient pas compte des réalités rurales.

Collaboration spéciale Johanne Fournier

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Rimouski) La présidente de la Coalition Urgence rurale, Suzanne Tremblay, considère que le discours du président de l'Union des municipalités du Québec (UMQ) est bien loin des préoccupations des communautés rurales. «Il n'a pas parlé du tout de ruralité», a déploré l'ex-députée bloquiste, mercredi, au terme de l'allocution présentée par Bernard Sévigny devant une poignée d'élus et de gens d'affaires de Rimouski.

«Il n'a pas parlé d'agriculture, ni de forêt, ni d'économie sociale», continue Mme Tremblay.

Même s'il n'a pas abordé ces thèmes, le président de l'UMQ se défend bien de ne pas être préoccupé par les réalités rurales. Bernard Sévigny rappelle que «la panoplie des chantiers traités par l'UMQ» est vaste. «Ça veut pas dire qu'une MRC rurale qui souhaite avoir une industrie lourde chez elle peut pas se développer, soutient-il. Il ne faut pas promouvoir une recette pour l'ensemble des régions du Québec. Il y a des particularités. C'est le sens de la tournée que je suis en train de faire : aller prendre le pouls dans chacune des communautés.»

À l'invitation de la Chambre de commerce et de l'industrie de Rimouski-Neigette, le président de l'UMQ et maire de Sherbrooke a pris part, mercredi midi, à un déjeuner-conférence en compagnie du maire de Rimouski et président du caucus de l'UMQ pour le Bas-Saint-Laurent, Éric Forest, et de la présidente de l'organisme hôte, Chantal Pilon.

Cette visite au Bas-Saint-Laurent représentait le deuxième arrêt de la tournée des régions du président de l'UMQ, débutée le 15 septembre à Rouyn-Noranda, en Abitibi. Les discussions ont principalement gravité autour de l'autonomie municipale et du développement économique.

Suzanne Tremblay aurait souhaité que le président de l'UMQ aborde le thème de la mondialisation. «Des études démontrent, hors de tout doute, que la mondialisation n'a enrichi que les riches», soutient la présidente de la Coalition Urgence rurale. «Il n'y a jamais eu autant de millionnaires! La pauvreté des peuples est beaucoup plus importante qu'avant. Plus on parle de vouloir profiter de l'économie, plus j'ai peur que les communautés s'appauvrissent. Les compagnies comme Énergie Est, elles vont peut-être s'enrichir, mais si on a une catastrophe, c'est qui qui va payer?»

Acceptabilité sociale

Les deux porte-parole de l'UMQ ne rejettent pas en bloc la loi 106, qui comporte un volet sur les hydrocarbures. «On doit et on peut l'améliorer parce que, dans sa forme actuelle, il est inacceptable, estime Éric Forest. Mais, prendre une résolution pour rejeter le projet de loi 106, on ne gagnerait rien.»

Dans la foulée des projets qui peuvent avoir une influence sur la vie des communautés, les maires Sévigny et Forest ont beaucoup parlé d'acceptabilité sociale. «Est-ce qu'on devrait accepter que quelques personnes ou un groupe de pression mettent un frein et empêchent la réalisation d'un projet?» interroge le président de l'UMQ. «Nous, on dit non. Après avoir consulté et s'être assurés d'un minimum d'acceptabilité sociale, je pense que les élus sont assez grands pour décider.»

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer