Projet de siège social à la MRC de la Matapédia: le manque d'information dénoncé

Gervais Turbide est à l'origine d'une pétition demandant... (Collaboration spéciale Gilles Gagné)

Agrandir

Gervais Turbide est à l'origine d'une pétition demandant une plus grande transparence des élus face au projet d'un nouveau siège social à la MRC de la Matapédia, un investissement évalué entre cinq et six millions de dollars.

Collaboration spéciale Gilles Gagné

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
<p>Gilles Gagné</p>
Gilles Gagné

Collaboration spéciale

Le Soleil

(Amqui) Une pétition circule dans la vallée de la Matapédia afin de dénoncer le manque d'information entourant le projet de construction d'un nouveau siège social pour la MRC de la Matapédia, à Amqui. Il s'agit d'un projet dont le coût est évalué entre 5 millions et 6 millions $.

L'avocat à la retraite Gervais Turbide est à l'origine de la pétition et il est l'auteur d'un manifeste visant à sensibiliser la population à un processus qu'il juge trop opaque. La MRC de la Matapédia occupe depuis plus de 20 ans des locaux aux quatrième et cinquième étages de l'école Sainte-Ursule.

«Les éléments qui dérangent dans ce projet sont le manque de transparence. On a décidé de choses avant que les contribuables en soient informés. Comment justifier de ne pas donner la chance au propriétaire de l'édifice utilisé par la MRC, c'est-à-dire la commission scolaire des Monts et marées, d'apporter des améliorations à son bâtiment. Je pense qu'on crée des besoins qui ne sont pas là», affirme M. Turbide.

Il craint que les 18 360 Matapédians fassent les frais d'un projet qu'il juge coûteux et vulnérable devant un éventuel dépassement de coût.

«Nous ne savons rien du montage financier. Il y a une variation d'un million de dollars dans le chiffre fourni au public. Nous ne savons rien du coût d'achat du terrain convoité par la MRC. Il est permis de penser que la quote-part des municipalités, leur portion du financement de la MRC, grimpera. Les taxes scolaires grimperont peut-être aussi, si la commission scolaire se retrouve avec des locaux vides. L'argent des autres est toujours si facile à dépenser. Ne pas tout dire, c'est un peu mentir», poursuit Gervais Turbide.

Il comprend difficilement que la MRC, considérant que les 18 municipalités de la Matapédia ont approuvé unanimement à l'automne 2015 un projet de construction de siège social, ne transmette pas davantage d'information à la population.

«Je pense qu'une question d'une telle importance devrait être soumise à un référendum. Ceux qui paient des taxes doivent être consultés devant une telle dépense extraordinaire [...] Pour qu'un consentement libre, éclairé et réfléchi soit obtenu, le principe de base, c'est que l'information circule. Ici, les éléments essentiels n'ont pas été donnés», dit M. Turbide. La préfète de la MRC, Chantale Lavoie, précise que son organisme est susceptible d'obtenir une subvention du ministère des Affaires municipales pouvant couvrir 65 % des coûts du siège social.

Le projet, dit-elle, a été refusé deux fois depuis 2009 par le Ministère, qui le jugerait «prioritaire» cette fois.

Attente de subvention

«S'il n'y a pas de subvention, on oublie ça», dit-elle, assurant que le projet n'est pas «si avancé que les gens le pensent». 

Elle concède que la MRC n'a pas approché la commission scolaire des Monts et marées pour évaluer des améliorations à l'école Sainte-Ursule. «On considère que les améliorations ne pourront répondre aux besoins. Ce n'est pas une orientation retenue. Vivre dans une cour d'école, c'est difficile de changer cette réalité.»

Dans un communiqué publié le 26 mai, la MRC explique en quoi les locaux actuels sont trop petits et mal adaptés aux 43 employés y travaillant. Des problèmes de chauffage déficient et d'infiltration d'eau complètent le tableau.

Quant au montage financier, «on ne l'a pas rendu public [mais] les élus en ont pris connaissance. C'est encore en discussion et il y a encore des facteurs qui peuvent jouer là-dessus.» 

Mme Lavoie ne parle pas du montant d'achat du terrain, la transaction n'étant pas finalisée. 

Une mention de lieu «ferait grimper les prix». Qu'en sera-t-il d'une hausse des quotes-parts municipales pour financer le siège social? «C'est ce qu'on espère éviter.» Elle ne peut toutefois le garantir et n'avait pas le montant de loyer déboursé par la MRC.

Conseil décisionnel

Mme Lavoie assure que «le conseil de la MRC est légitimement décisionnel. Les 18 maires et moi, préfète élue, prendrons la décision au sujet du siège social [...] Les assemblées de la MRC constitueront le forum public.» 

La préfète rappelle que les deux premières moutures du projet avaient reçu un consentement unanime, tout comme la troisième, au conseil des maires. 

Le Soleil a tenté de sonder deux maires pour savoir s'ils supportent encore le projet de nouveau siège social. 

Pour toute réponse, l'un d'eux a envoyé une copie de la pétition lancée par Gervais Turbide.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer