Un rorqual commun au plus près d'un zodiac à Tadoussac

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
<p>Geneviève Gélinas</p>
Geneviève Gélinas

Collaboration spéciale

Le Soleil

(Tadoussac) Les passagers d'un zodiac ont vu de très près un rorqual commun lors d'une croisière d'observation dimanche au large de Tadoussac. Un touriste français a filmé le moment où la baleine surgit à fleur d'eau près du navire, mâchoires ouvertes, et se glisse en dessous, dans une vidéo qui circule abondamment sur les réseaux sociaux.

«C'est une rencontre fortuite, un événement rare qui a impressionné tous les passagers», dit Sarah Leblond, porte-parole des Croisières AML. Les rorquals communs nagent près de la surface pour s'alimenter et respirer, explique-t-elle. Qu'un individu s'approche autant était du jamais-vu pour les Croisières AML, qui offrent des sorties d'observation des baleines depuis 1987, affirme Mme Leblond. 

«On circule dans l'environnement des baleines, elles sont très habituées aux bateaux. Elle nous avait bien vus et elle a décidé d'aller saluer les passagers de près», indique la porte-parole. Les passagers ont senti une légère vague, mais le rorqual n'a pas touché le bateau. 

D'habitude, les rorquals communs s'alimentent dans 60 à 100 mètres de profondeur, rapporte Patrice Corbeil, directeur du Centre d'interprétation des mammifères marins à Tadoussac. «Autour de Tadoussac, on observe des phénomènes de courants qui propulsent le krill vers la surface depuis une semaine ou deux, donc on va voir de l'alimentation de surface de la part de rorquals communs, mais aussi de rorquals à bosses.»

Dans le parc marin du Saguenay-Saint-Laurent, près de Tadoussac, les capitaines doivent respecter des règles pour s'approcher des baleines, explique M. Corbeil. «Ils peuvent faire une approche active jusqu'à 100 mètres de distance. C'est assez bien respecté. Puis ils se mettent au neutre et attendent. Ensuite, c'est un coup de dés.»

Il est «fréquent» d'observer des baleines à 5 ou 10 mètres de distance, indique M. Corbeil. «Sur la vidéo, c'est extrêmement près. La baleine arrive avec son élan et oups... un bateau! Les baleines vont tout faire pour éviter de toucher un obstacle à la surface. On a vu souvent des baleines arriver à toute vitesse, à 40 km/h. Elles arrivent à éviter le bateau en faisant des mouvements qu'on ne croyait pas une baleine capable de faire.»

S'il respecte les standards de son espèce, le rorqual commun sur la vidéo peut mesurer 18 mètres et peser entre 40 et 45 tonnes.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer