Naufrage du Carrick's: des ossements, un violon et beaucoup de questions

Le descendant de rescapés Charles Kavanagh discute avec... (Fournie par Viveka Melki, Tortuga Films)

Agrandir

Le descendant de rescapés Charles Kavanagh discute avec l'archéologue de Parcs Canada, Martin Perron, sur la plage de Cap-des-Rosiers, au large de laquelle 87 immigrants irlandais ont trouvé la mort en 1847.

Fournie par Viveka Melki, Tortuga Films

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
<p>Geneviève Gélinas</p>
Geneviève Gélinas

Collaboration spéciale

Le Soleil

(Cap-des-Rosiers) Qui sont ces enfants dont les ossements ont refait surface sur une plage gaspésienne, 160 ans après le naufrage du Carrick's? Dans un documentaire en préparation, la réalisatrice Viveka Melki ne se contente pas de raconter la part connue de leur histoire, avec l'aide d'un descendant des naufragés irlandais. Elle part à la recherche de la vérité qui se cache sous les mythes de la famille Kavanagh.

Mme Melki est en tournage cet été à Cap-des-Rosiers, où le navire, chargé de 167 passagers irlandais éprouvés par la Grande Famine, s'est échoué en 1847, faisant 

87 morts. L'histoire aurait pu en rester là.

Mais en 2011, des ossements réapparaissent sur la plage de Cap-des-Rosiers, dans le parc Forillon. Conclusion du pathologiste: ils appartiennent à trois enfants ayant souffert de malnutrition et d'origine européenne. «Mon instinct m'a dit, ça ferait un bon film», dit Viveka Melki. 

Mme Melki filme la quête de Charles Kavanagh, un résident de Longue-Pointe-de-Mingan, sur la Côte-Nord. Une quête d'origines commencée de longue date: en 2004, l'homme a traversé l'Atlantique sur son voilier baptisé Carrick pour rallier le port irlandais de Sligo, d'où sont partis ses ancêtres.

Charles Kavanagh descend de Patrick Kavanagh et Sarah McDonald, qui ont perdu cinq filles dans le naufrage et ont fondé une nouvelle famille en Gaspésie. Dans la tradition familiale des Kavanagh, Mme Melki a tenté de démêler le vrai du faux. «Il y a beaucoup d'histoire orale, mais est-ce que ce sont les faits?» demande-t-elle. La science l'aide à trouver des réponses. 

La famille conserve précieusement un violon signé Stradivarius, qui aurait été rescapé du naufrage. Le bois de l'instrument a subi des tests poussés pour connaître son âge et son origine. «On peut même savoir où il a été coupé», lance Mme Melki.

Les filles de Patrick et Sarah étaient âgées d'un à onze ans. Les os trouvés à Cap-des-Rosiers peuvent-ils leur appartenir? Des échantillons ont voyagé vers l'Espagne, où un spécialiste de l'ADN ancien décryptera leurs secrets, notamment pour établir ou infirmer une éventuelle parenté avec Charles Kavanagh.

La tradition orale de Cap-des-Rosiers veut qu'une fosse commune sur la plage ait accueilli les corps des naufragés, mais le lieu exact des sépultures n'est pas connu. Un archéologue de Parcs Canada explorera la plage et pourrait la scanner au «géoradar» cet été.

La quête n'est «pas toujours facile pour Charles», rapporte Mme Melki, qui préfère ne pas révéler les résultats des divers tests. «Parfois, on s'accroche à des choses qui ne sont pas la vraie histoire. Mais l'important, c'est de l'accepter, de le reconnaître et de regarder ce qu'il reste.»

Héritage irlandais

Le documentaire s'attarde aussi à l'héritage irlandais, notamment à la musique. Plus de la moitié des Québécois ont du sang irlandais, note Mme Melki. Une ascendance dont on fait grand cas côté anglophone, mais peu chez les francophones.

Viveka Melki fait le rapprochement entre les Irlandais et le flot de réfugiés qui tentent de traverser la Méditerranée ces années-ci. «Les Irlandais ont été un des peuples les plus dispersés, c'était un genre de réfugiés. S'il y avait eu une caméra sur la plage [de Cap-des-Rosiers en 1847], on aurait été horrifiés. Mon documentaire n'est pas un film du passé. C'est un film du présent», croit Mme Melki.

La réalisatrice, qui se décrit comme une «raconteuse d'histoires», est d'origine libanaise et brésilienne. Née au Sénégal et éduquée en Angleterre, elle a émigré au Canada il y a 25 ans.

Son documentaire sera présenté à la télévision de Radio-Canada en mai 2017, 170 ans après le naufrage.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer