Sons, lumières et frissons à Percé

Dans l'exposition Tektonik, les visiteurs peuvent voir des...

Agrandir

Dans l'exposition Tektonik, les visiteurs peuvent voir des projections sur un mur de 7 mètres de haut et 13 mètres de large figurant une falaise.

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Percé) Percé lance les activités de son géoparc, un attrait ouvert à l'année qui pourrait redonner un élan à la capitale gaspésienne du tourisme. L'exposition Tektonik sur la géologie de Percé a été inaugurée jeudi. Une plateforme vitrée au-dessus du vide, à flanc de montagne, et des jeux intérieurs pour les enfants compléteront l'offre plus tard cet été.

À Percé, «on a la masse touristique. On est rendus à un point où on avait besoin de faire du nouveau», dit Cathy Poirier, présidente de la Coopérative du géoparc. Le projet entier coûte 7,3 millions de dollars et vise à retenir les touristes plus longtemps.

Dans Tektonik, les visiteurs peuvent fourrager dans un bac à sable qui fait découvrir les couches de l'écorce terrestre par la technique du mapping vidéo. Des projections sur la géologie de Percé sont montrées sur un mur de sept mètres de hauteur. L'une met en scène le jour où la fameuse arche du rocher s'écroulera. Les sons, les effets de lumière et la vidéo sont à l'honneur partout dans l'expo.

«Ça nous met à jour dans notre offre touristique. On s'en va ailleurs, vers quelque chose de plus moderne, sans oublier ce qu'est Percé», dit le maire André Boudreau.

Le vide sous ses pieds

Une plateforme suspendue au-dessus du vide sera accessible vers le 15 août, au flanc du mont Sainte-Anne, derrière Percé. Les fondations sont en train d'être coulées à l'endroit connu des marcheurs comme le «3e belvédère». La plateforme, longue de 25 mètres et élevée de 50 à 75 mètres au-dessus du sol, sera vitrée à son extrémité.

«On élargit le panorama, le champ de vision, qui était fermé par les arbres. Et il y a le frisson d'être suspendu à 200 mètres d'altitude» au-dessus du niveau de la mer, commente Yvan Whittom, chargé de projet du géoparc.

Des guides mèneront les visiteurs à la découverte de 23 géosites sur le terrain. Et il y a bien plus à montrer que le rocher Percé et les falaises de l'île Bonaventure. À Coin-du-Banc, une forêt fossilisée il y a plus de 300 millions d'années est visible à flanc de falaise. Canyons, grottes et failles parsèment les montagnes derrière le village.

Les géosites seront accessibles en navette ou à pied. Le géoparc a d'ailleurs aménagé 18 km de sentiers pour les randonneurs.

Les familles auront aussi bientôt une option pour les jours de pluie grâce aux jeux intérieurs qui ouvriront à temps pour les vacances de la construction.

Le géoparc espère attirer 40 000 visiteurs par an, soit 10% des touristes qui passent par Percé chaque année. Il sera ouvert tous les jours de l'été. À partir d'octobre, il ajustera son horaire à l'achalandage. «Ce sera ouvert la fin de semaine, c'est sûr, et pour les groupes, ce sera toujours ouvert», dit M. Whittom.

Une vingtaine de personnes travaillent au géoparc.

Percé travaille à obtenir son adhésion au réseau mondial des géoparcs, un statut reconnu par l'UNESCO.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer