Deux nouveaux venus visent la mairie de Donnacona

Pas moins de 1,2 million de personnes sont... (Photothèque Le Soleil)

Agrandir

Pas moins de 1,2 million de personnes sont allées aux urnes lundi lors de la dernière des quatre journées du vote par anticipation.

Photothèque Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
<p>Ian Bussières</p>

(Québec) Ce sont deux nouveaux venus en politique municipale, Isabelle Blackburn et Jean-Claude Léveillée, qui se feront la lutte dimanche pour la mairie de Donnacona, devenue vacante en avril quand le maire Sylvain Germain a quitté son poste pour devenir le directeur général de la Ville.

Âgée de 48 ans et rédactrice à la Régie de l'assurance maladie du Québec, Mme Blackburn avoue se préoccuper beaucoup de la santé et de la sécurité des citoyens. «Avec la création des centres intégrés de santé et de services sociaux, les ambulanciers transporteront les gens en priorité vers Saint-Marc-des-Carrières ou Saint-Raymond plutôt qu'à Québec et ça inquiète plusieurs personnes», déclare-t-elle au Soleil.

La candidate mise également sur le respect et la transparence, souhaitant faire diffuser les séances du conseil municipal sur le Web afin de les rendre accessibles à plus de citoyens.

Le dossier de l'implantation d'un complexe récréotouristique à Donnacona l'interpelle également beaucoup. «Le conseil en place a déjà fait une priorité d'un projet de complexe hôtelier, mais moi, je me dis qu'on pourrait aller plus loin pour en faire quelque chose qui nous distingue. Y ajouter des salles de réunion pour les entreprises, un spa, afin que Donnacona devienne de plus en plus une destination touristique.»

Elle verrait également d'un bon oeil l'aménagement d'un centre pour la pratique du hockey de terrain (deck hockey) et croit que les locaux de l'ancien IGA pourraient être mis à contribution.

Quant à Jean-Claude Léveillée, 55 ans, ex-militaire et propriétaire d'une entreprise de rembourrage, il indique que sa priorité est d'assurer une bonne transition avec le personnel déjà en place.

«Les conseillers n'ont appuyé ouvertement aucun candidat, mais je crois quand même bénéficier d'un bon appui», a déclaré l'homme d'affaires, qui a aussi sollicité l'ancien maire André Marcoux. «Je sais que je n'ai aucune expérience politique, alors je me suis assis avec M. Marcoux pour lui demander conseil.»

Après avoir passé 20 ans dans l'armée, dont 75 % de cette période à l'extérieur du Québec et du Canada, M. Léveillée dit avoir commencé à s'intéresser à la politique municipale à son retour dans la région. «Je suis régulièrement les séances du conseil et j'ai été impliqué dans le sous-comité du centenaire l'an dernier», rappelle-t-il.

L'ex-maire dg, «un atout»

Tant M. Léveillée que Mme Blackburn indiquent qu'ils n'auront aucun problème à travailler avec leur prédécesseur devenu dg. «Je vois ça comme un atout qu'il soit là, car il sera sûrement d'une grande aide étant donné qu'il a occupé la mairie avant», indique M. Léveillée.

«C'est un être tout à fait charmant, et il a toujours fait du bon travail pendant 10 ans au conseil», ajoute Mme Blackburn, avouant toutefois qu'elle a eu un certain malaise avec le fait que M. Germain obtienne le poste de directeur général sans affichage. «Je suis certaine qu'il continuera à faire du bon travail, mais, malheureusement, on ne saura jamais s'il était le meilleur candidat, car il n'y a pas eu d'affichage», conclut-elle.

Mairie de Beaupré: l'ex-député contre l'ex-maire suppléant

L'élection partielle qui aura lieu dimanche à la mairie de Beaupré pour remplacer le maire démissionnaire Michel Paré mettra aux prises l'ex-député fédéral Jonathan Tremblay contre l'ex-conseiller au siège numéro 6 et maire suppléant Pierre Renaud, qui a réussi à obtenir l'appui des autres membres du conseil.

«Les membres du conseil m'ont donné leur appui et ils ont participé à ma campagne», a affirmé au Soleil le candidat Renaud, qui promet de s'attaquer à la dette de sa municipalité.

«La dette tourne autour de15 millions $. Il faut l'empêcher d'augmenter davantage en coupant les dépenses. Il y aura bientôt une convention collective à négocier, alors il faudra s'assurer que les hausses de salaire respectent le taux d'inflation», a-t-il expliqué.

La revitalisation du quartier Town Side, dans le vieux Beaupré, est un autre dossier qui tient à coeur à celui qui avait remplacé Michel Paré à la mairie durant son congé de maladie cet automne.

De son côté, Jonathan Tremblay, qui a siégé de 2011 à 2015 comme député de Montmorency-Charlevoix-Haute-Côte-Nord, avoue avoir fait beaucoup de porte-à-porte pour bien se faire connaître, lui qui n'avait récolté que 61 votes à une élection partielle à un poste de conseiller l'automne dernier.

«J'essaie de rencontrer le maximum de gens possible. Et peu m'importe que le conseil appuie M. Renaud. J'ai l'intention de travailler en équipe avec les gens en place si je suis élu», a affirmé M. Tremblay.

Dans sa campagne, l'ex-député mise sur le fait de rétablir les ponts avec les autres conseils municipaux de la région. «Les relations sont difficiles entre les conseils de villes et beaucoup de dossiers sont interrompus parce que les villes n'ont pas réussi à s'entendre. On n'a qu'à penser à la deuxième glace à l'aréna de Beaupré ou le projet de piscine à Beaupré.»

Il croit également que la municipalité pourrait élargir son offre de services en travaillant de concert avec ses voisines, notamment en ce qui a trait aux activités pour lesquelles il n'y a pas suffisamment d'inscriptions pour le moment.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer