Gastem contre Ristigouche-Sud-Est : la date du procès se fait attendre

Le maire de Ristigouche-Sud-Est, François Boulay, qui tient... (Collaboration spéciale Gilles Gagné)

Agrandir

Le maire de Ristigouche-Sud-Est, François Boulay, qui tient l'affiche à droite, a bien apprécié l'appui reçu jeudi des participants à la Marche des peuples pour le terre mère.

Collaboration spéciale Gilles Gagné

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
<p>Gilles Gagné</p>
Gilles Gagné
Le Soleil

(RISTIGOUCHE-SUD-EST) À deux mois du troisième «anniversaire» de l'avis de poursuite de 1,5 million $ signifié par la firme Gastem à la municipalité de Ristigouche-Sud-Est, les parties attendent... une date de procès, alors que leurs argumentaires sont prêts depuis huit mois.

Gastem poursuit Ristigouche-Sud-Est parce que ce village, le plus petit en Gaspésie avec 168 habitants, avait adopté un règlement de protection de son eau potable contre les forages pétroliers en mars 2013. La firme allègue que la somme représente les frais engagés dans un forage qui n'a jamais eu lieu.

«Il y a huit mois, nous avons reçu une lettre de la cour confirmant que nos dossiers sont prêts [...] Il reste à fixer une date de procès!» souligne François Boulay, maire de Ristigouche-Sud-Est.

Entre les étés 2013 et 2014, il a espéré, tant du gouvernement Marois que du gouvernement Couillard, que le règlement québécois sur l'eau viendrait confirmer que son village avait eu raison de protéger ses multiples sources, tous les foyers dépendant de puits artésiens.

La sortie du règlement en juillet 2014 a déçu le maire. La seule consolation, c'est qu'en fixant un forage à plus de 500 mètres d'un puits artésien, Québec invalidait le projet Gastem, la firme voulant forer à 100 mètres de la rivière Kempt. Ristigouche-Sud-Est a fixé la bande protectrice à deux kilomètres.

Le règlement, que François Boulay qualifie de «farce», n'invalide toutefois pas la poursuite de Gastem contre Ristigouche-Sud-Est «même [s'il] nous donne raison. La facture ne nous appartient pas».

Campagne de financement

Gastem réclame une facture valant cinq fois et demie le budget annuel du village. C'est pourquoi le conseil municipal a lancé une campagne de financement de 225 000 $ suivant la publication du règlement québécois.

«Il reste 50 000 $ à amasser pour payer les frais d'avocats [...] C'est plus tranquille [la campagne de financement], mais un moment viendra où on va nous signifier des dates [de procès] et on se remobilisera», dit le maire.

M. Boulay qualifie le ministre de l'Environnement, David Heurtel, de «marionnette» des «lobbyistes pétroliers» parce qu'il refuse de le rencontrer. 

«Ce sont 328 municipalités au Québec, représentant plus d'un million de personnes, qui ont demandé une dérogation au gouvernement du Québec, parce qu'elles veulent une bande de plus de 500 mètres», dit M. Boulay.

Jeudi, il a reçu un vif appui des 30 participants à la Marche des peuples pour la terre mère, partis d'Amqui dimanche pour un tour de Gaspésie visant à appuyer les groupes se butant aux initiatives des compagnies pétrolières.

Ils soutiennent les Micmacs dans leur poursuite contre Chaleur Terminals, une firme désirant exporter du pétrole par le port de Belledune, au Nouveau-Brunswick, en le transportant par rail de l'ouest à l'est. Ils appuient aussi les citoyens de Gaspé s'opposant aux forages de Pétrolia dans le secteur Haldimand, à 350 mètres d'un pâté de maisons.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer