Les conseillers de Donnacona savaient que la nomination du maire dérangerait

Sylvain Germain a créé une commotion à Donnacona... (Photothèque Le Soleil)

Agrandir

Sylvain Germain a créé une commotion à Donnacona quand il a décidé de quitter son poste de maire de la ville afin d'y devenir directeur général, un poste qu'il a obtenu sans qu'il y ait affichage.

Photothèque Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
<p>Ian Bussières</p>

(Québec) En nommant le maire Sylvain Germain au poste de directeur général de la Ville sans affichage, le conseil municipal de Donnacona savait très bien qu'il susciterait la controverse. Les six élus ne regrettent toutefois pas leur décision et n'ont pas l'intention de revenir en arrière.

«Sans en dévoiler les résultats, les tests psychométriques réalisés par la firme Optimum Talent avec M. Germain étaient très, très favorables, même au-delà de nos attentes. On aurait pu poursuivre le processus et demander des C.V. en sachant très bien qu'en bout de ligne, c'est lui qu'on nommerait. De toute façon, les mêmes questions se seraient posées après le processus», a expliqué mardi soir le conseiller municipal Marc-André Hébert lors de la dernière séance présidée par M. Germain en tant que maire.

M. Hébert a juré qu'il n'y avait eu aucune négociation avec M. Germain et que celui-ci n'avait mis aucune pression sur le conseil. «On demeure convaincu de notre choix. On le savait que ça ferait de la controverse même s'il y avait un appel de candidatures, alors on a décidé d'aller au plus vite», a pour sa part ajouté le conseiller municipal Serge Paquin.

Approbation

En grande majorité, les citoyens présents ont applaudi la nomination de M. Germain, mais quelques-uns, même s'ils disent ne pas douter des qualifications du maire, ont dénoncé la façon dont le conseil s'y est pris pour procéder à sa nomination.

«Je ne peux pas croire qu'un poste aussi important est attribué de gré à gré sans affichage. Surtout que le conseil le sait depuis novembre et qu'on n'en a jamais entendu parler avant», a déploré un citoyen mardi soir.

«Le processus n'est pas bon. Il aurait fallu qu'il y ait un processus de mise en candidature normal car là, ça paraît mal. En politique, tout est une question d'apparence. Ça ressemble aux magouilles qu'il y a à Saint-Augustin», a pour sa part déclaré un autre citoyen, Denis Matte.

Inquiétudes

Des citoyens s'inquiétaient de voir d'autres postes à la Ville de Donnacona être ainsi pourvus sans affichage. «Le code d'éthique demande la prudence et l'équité et je ne crois pas que le conseil a été équitable en n'offrant pas à d'autres candidats la possibilité d'appliquer», a ajouté un autre citoyen.

Le conseiller Hébert a indiqué qu'aucune loi n'obligeait les municipalités à procéder à un appel de candidatures, ni n'empêchait d'y aller par nomination.

«Même si c'est le processus habituel d'afficher le poste, quand c'est le maire qui applique, ce sont des circonstances extraordinaires que nous avons traitées de façon extraordinaire», a-t-il expliqué.

Un autre citoyen, André Letendre, a pour sa part parlé d'un rare précédent, celui de l'ex-maire de Lachine, Donat Beauchamp, qui aurait quitté son poste pour devenir directeur des finances de la Ville dans les années 70, et de la bisbille qui avait ensuite éclaté avec son successeur à la mairie. 

«S'il arrive quelque chose, on sera derrière vous», a répliqué une citoyenne à l'intention du maire démissionnaire.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer