Chandler célèbre son centenaire

Le comité organisateur des fêtes du centenaire de... (Collaboration spéciale Gilles Gagné)

Agrandir

Le comité organisateur des fêtes du centenaire de Chandler est convaincu que la population se mobilisera, comme elle l'a fait pour diverses causes dans le passé, comme dans le cas de l'usine Gaspésia.

Collaboration spéciale Gilles Gagné

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
<p>Gilles Gagné</p>
Gilles Gagné

Collaboration spéciale

Le Soleil

(Chandler) Chandler a 100 ans cette année. La population de la deuxième plus populeuse ville gaspésienne célébrera en 2016 plusieurs éléments de sa longue histoire, qui remonte au moins à 1696 pour la fondation de la seigneurie de Pabos, premier établissement non autochtone du secteur.

Le centenaire célébré cette année vient du fait qu'en janvier et février 1916, les autorités ont choisi de rebaptiser Grand Pabos pour lui donner le nom de Percy Milton Chandler, homme d'affaires de Philadelphie qui a financé de 1912 à 1915 la construction de la première usine de pâte à papier.

Cette usine a été dirigée par le Saguenéen J. Alfred Dubuc et sa St. Lawrence Pulp and Lumber Corporation. C'était l'ancêtre de la Compagnie Gaspésia, qui a cessé ses activités en 1999.

«C'est le centenaire du nom Chandler, mais le comité organisateur a ratissé plus large. On veut reconnaître aussi les 320 ans de la seigneurie, dont on peut voir les traces au Site archéologique du Bourg de Pabos. On veut reconnaître la présence des Premières nations, les Micmacs, qui ont été ici avant. On célèbre aussi les 15 ans de la ville fusionnée», note le porte-parole des fêtes du centenaire, Sylvio Laplante.

La présence irlandaise, remontant à 1837-1838, sera également soulignée cette année, en particulier lors des festivités du 22 au 31 juillet.

La contribution de plusieurs autres groupes sera reconnue cette semaine-là.

«Nous voulons souligner les communautés de l'arrière-pays, Pellegrin et Saint-Edmond, deux villages qui ont été fermés, la contribution des employés, passés et présents, du centre hospitalier, du monde de l'éducation et des travailleurs de la Gaspésia», note M. Laplante, à propos de la papeterie qui a fait vivre la ville pendant près de 85 ans.

L'usine a maintenant complètement disparu du paysage de Chandler, après d'infructueuses tentatives de relance entre 1999 et 2006. Son démantèlement s'est étiré jusqu'en 2014.

10 jours d'activités

Sylvio Laplante et son équipe entendent organiser des activités dans les cinq secteurs de la municipalité fusionnée, Newport, Pabos Mills, Pabos et Saint-François, en plus du centre de Chandler.

«On veut aussi offrir 10 jours de spectacles gratuits sous un chapiteau pouvant accueillir 3000 personnes. On veut une fête populaire, accessible à tout le monde, en tout temps. On tente d'organiser une fête qui ne coûtera pas un cent de taxe à la Ville», assure M. Laplante.

Une subvention de 99 300 $ de Patrimoine Canada et des commandites des commerçants rendent encore l'exploit possible.

L'invité d'honneur des fêtes sera l'humoriste P. A. Méthot, natif de Chandler, qui présentera le spectacle Back to the coiffure le 29 juillet.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer