«Bren gun» passera l'hiver à Escuminac

Les copropriétaires du terrain où a été trouvé... (Collaboration spéciale Gilles Gagné)

Agrandir

Les copropriétaires du terrain où a été trouvé le tank, Caroline Dugas et Maryse Goudreau, ont grimpé dans l'engin après son dégagement, alors que l'Universal carrier était tiré hors des bois.

Collaboration spéciale Gilles Gagné

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Gilles Gagné

Collaboration spéciale

Le Soleil

(Escuminac) Il faudra patienter avant de connaître le sort du tank d'Escuminac, trouvé par hasard il y a deux ans et dégagé vendredi et samedi en marge d'une activité culturelle. Dimanche, un groupe de discussion a laissé la décision finale à l'instigatrice du «Festival du tank», Maryse Goudreau.

Le modèle Universal carrier, la fierté de l'armée britannique à partir de 1935, a servi au transport du bois pour une scierie d'Escuminac, au moins au début des années 50. Copropriétaire du terrain où il a été trouvé et artiste multidisciplinaire gaspésienne, Mme Goudreau prépare un documentaire sur «l'histoire du tank», tant imaginaire que réelle.

«La discussion, qui a pris des directions sociologique, éthique et artistique, a été très riche, mais il n'y a pas de décision. On me fait confiance, mais je ne suis pas plus avancée [...] Quelqu'un a dit qu'il faut préserver la notion d'histoire militaire. Ce n'était pas l'avis de la plupart des participants. Il était impossible de décider en une journée. Je déciderai en montant le film. Il est question de le déplacer encore mais il restera là pour l'hiver», dit-elle.

Maryse Goudreau note que son documentaire devrait être prêt vers la fin de l'été prochain. Une projection est prévue pour le public à Escuminac. Plus de 300 personnes ont participé aux trois jours d'activités du «premier et dernier» Festival du tank. La journée de vendredi a donné lieu à des visites au cours desquelles des écoliers ont entamé le dégagement du tank, opération complétée samedi matin par le public. L'Universal carrier a été tiré hors de la forêt en après-midi.

Les trois dernières semaines et le festival ont notamment permis d'établir qu'au moins deux anciens véhicules militaires ont servi pour tirer des billots pour des entreprises forestières de la Baie, la scierie McKenzie d'Escuminac et Bois Lacroix, qui possédait plusieurs usines en Gaspésie.

Romuald Leblanc, de Nouvelle, est venu voir le tank samedi. «Je peux jurer qu'en 1952-1953, il fonctionnait. On faisait scier du bois par McKenzie. J'avais 16 ans et je l'ai conduit pour traverser la cour à bois», dit-il.

Maryse Goudreau a vu une photo du véhicule utilisé par Bois Lacroix et elle assure que ce n'était pas le même modèle. Elle croit que la scierie McKenzie ne s'est pas servie du tank longtemps. «Il consommait trop de carburant».

L'Universal carrier, surnommé «Bren gun», était doté d'un moteur de 185 chevaux, d'une mitraillette lourde et d'un lance-flammes. Il était compact et pouvait transporter six soldats. «On ne sait pas si celui-là a participé au combat ou s'il a été gardé dans des unités de réserve. Il était courant que des modèles britanniques soient utilisés par l'armée canadienne», signale Pierre-Luc Lupien, sociologue passionné d'histoire militaire.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer