CETTE RUE À CONNAÎTRE - 4e de 5

Rue Saint-Rémi à Price: un voyage dans le temps

Nathalie Dubé, Fabien Boucher et Huguette Turcotte devant... (Collaboration spéciale Johanne Fournier)

Agrandir

Nathalie Dubé, Fabien Boucher et Huguette Turcotte devant la Maison Bourgoin, le joyau patrimonial et historique de Price.

Collaboration spéciale Johanne Fournier

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Johanne Fournier

Collaboration spéciale

Le Soleil

(Price) Aux portes de la région touristique de la Gaspésie, Le Soleil vous invite à quitter le circuit traditionnel de la route 132 pour une incursion au coeur de Price, située à 3 km au sud des Jardins de Métis. En empruntant son artère principale, la rue Saint-Rémi, vous ferez un voyage au sein du patrimoine, de l'histoire et de la culture d'un village bucolique.

De l'avis de Catherine Aubut, une résidente de Price qui s'intéresse à l'histoire de son village, celui-ci a déjà été le centre commercial de la région, dépassant même Mont-Joli. «Avant même la fondation officielle de Price en 1916, la rue Saint-Rémi grouillait de vie», indique-t-elle. Cette rue a accueilli plusieurs commerces. «Dans les années 60, on a atteint plus de 3500 habitants, se souvient le maire, Fabien Boucher. Actuellement, on est environ 1700.»

Si plusieurs commerces ont disparu, il reste la caisse populaire, le bureau de poste, la Cordonnerie Fortin, le Salon Claire et le casse-croûte La Bonne Bouffe. Ce dernier célèbre son 20e anniversaire. Le 9 août, sa propriétaire et fondatrice, Brigitte Huet, tiendra un party de hot-dogs. Une partie des profits sera versée au petit Loïc Dion, 4 ans, atteint de leucémie.

À l'extrémité ouest de la rue se trouve le poste d'essence, dépanneur et lave-auto Gaz-O-Bar Du Pont. Construit par Cyprien Dupont en 1974, le commerce est maintenant la propriété de son petit-fils Jérôme. Son nom rend hommage à trois générations de Dupont, mais aussi au pont Onésime-Gagnon, qui enjambe la majestueuse rivière Mitis, en bordure de laquelle il est situé. La structure a été inaugurée le 4 octobre 1959 par le premier ministre du Québec de l'époque, Paul Sauvé.

La rue Saint-Rémi témoigne d'un patrimoine bâti exceptionnel. Son joyau est la Maison Bourgoin, construite en 1891, qui contient les meubles d'origine et plusieurs objets d'époque. La vaste résidence a abrité le premier bureau de poste, un magasin général, un salon de coiffure, une boucherie, une ferblanterie, une chapellerie et la boutique d'un tailleur.

Alice Bourgoin, qui est décédée en 2003 à l'âge de 97 ans, est la dernière à avoir habité cette demeure qui a conservé son cachet d'époque. En 1997, elle en avait fait don au Comité du patrimoine de Price. 

Une demeure qui reprend vie

Pour assurer sa pérennité, Huguette Turcotte a mis sur pied Les amis de la Maison Bourgoin. «J'ai été la première à croire à la Maison Bourgoin», souligne l'ancienne présidente de l'organisme. C'est alors qu'avec le Comité du patrimoine, la noble demeure a repris vie et qu'elle est maintenant ouverte au public. Sa visite nous replonge dans le passé. On y retrouve aussi une boutique de métiers d'art ainsi qu'un atelier de vitrail et de peinture sur soie.

Ouverte du mardi au dimanche, sa terrasse et son café proposent une quinzaine de produits cuisinés sur place. Aussi, du mardi au vendredi, 10 enfants de 10 à 14 ans, appelés «les porteurs de pain», sillonnent les 33 rues du village pour vendre les produits. 

Depuis quelques semaines, un four à pain trône au milieu de la cour du site historique. Il s'agit de l'un des projets imaginés par la directrice générale de la Maison Bourgoin, Nathalie Dubé. Embauchée depuis quelques mois, l'ancienne attachée poli­tique ne manque pas d'idées pour développer le lieu qui est l'un des plus vieux témoins de Price. Elle a même convaincu le comédien et ancien sénateur Jean Lapointe, originaire de l'endroit, de parrainer l'établissement.

De biais avec la Maison Bourgoin, le bâtiment en face du bureau de poste est un autre ambassadeur du passé de la rue Saint-Rémi. Il a déjà abrité deux cellules de prison et le conseil municipal y a tenu ses assemblées jusqu'en 1969.

***

Junille Chassé... (Collaboration spéciale Johanne Fournier) - image 2.0

Agrandir

Junille Chassé

Collaboration spéciale Johanne Fournier

Le doyen des commerces

À partir de 1971, Claire Deschênes a tenu un salon de coiffure dans la Maison Bourgoin, avant de le déménager un peu plus à l'est sur la rue Saint-Rémi. Il y a 35 ans, Junille Chassé a acheté le Salon Claire pour le réaménager dans la résidence voisine de la Maison Bourgoin, à l'endroit même où Adalbert Bernier exerçait son métier de barbier. «C'est le plus vieux commerce de Price», estime Mme Chassé.

***

=> Pour y aller

En arrivant de l'ouest ou de l'est par la route 132, une fois rendu à Grand-Métis (entre Rimouski et Matane), empruntez la route 234 sud, située en face des Jardins de Métis. Vous roulerez environ 3 km avant d'arriver à Price. Si vous arrivez par l'autoroute 20 à Mont-Joli, suivez la direction Matapédia. Un panneau de signalisation vous indiquera de tourner à gauche afin de vous diriger vers Price à environ 5 km.

***

=> Trois adresses

  • Maison Bourgoin : pour ses fougasses cuites dans le four à pain traditionnel, ses déjeuners musicaux et son heure du thé (21, rue Saint-Rémi)
  • Casse-croûte La Bonne Bouffe : pour les sous-marins débordant d'ingrédients, mais surtout pour la poutine (62, rue Saint-Rémi)
  • Salon Claire : pour une coupe de cheveux, une mise en plis ou une coloration exécutée par la coiffeuse Junille Chassé, fort sympathique et très expérimentée (35, rue Saint-Rémi)

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer