Québec consulte élus et citoyens pour briser l'isolement de la Basse-Côte-Nord

Les ministres Jean D'Amour (Stratégie maritime), Robert Poëti... (Photothèque Le Soleil)

Agrandir

Les ministres Jean D'Amour (Stratégie maritime), Robert Poëti (Transports) et Pierre Arcand (Plan nord) ont mentionné qu'ils «se rendront cet automne sur la Basse-Côte-Nord afin de discuter de la solution retenue à la suite de l'étude des mémoires».

Photothèque Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
<p>Michel Corbeil</p>

(Québec) La mairesse de Saint-Augustin, sur la Basse-Côte-Nord, se réjouit de la consultation que lance Québec pour briser l'isolement hivernal de la région. Mais Corain Driscol doute fort que cela résulte dans la construction des 90 kilomètres de route qui séparent sa petite municipalité du reste du monde.

Le gouvernement de Philippe Couillard a officiellement lancé l'opération, jeudi. Les ministres Jean D'Amour (Stratégie maritime), Robert Poëti (Transports) et Pierre Arcand (Plan nord) ont indiqué qu'élus et citoyens ont jusqu'au 3 août pour se faire entendre.

L'examen vise à mieux rattacher au réseau de transports du Québec, en hiver, les communautés à l'est de Kegaska, actuellement la fin de la route 138 sur la Côte-Nord, de même que l'île d'Anticosti, dans le golfe du Saint-Laurent. Peu est dit à propos des scénarios sur lesquels la population et ses édiles se prononceront.

«C'est un départ, un pas dans la bonne direction que de solliciter l'opinion des élus et de la population, commente la mairesse Driscol. Je suis très heureuse que cette étape soit en cours.

«Mais je suis aussi très prudente.» Ce que proposera Québec sera «seulement une solution temporaire» et elle souhaite que «cela ne gênera pas les progrès pour la 138. Il reste 90 kilomètres de route pour nous brancher sur le reste du monde», en prolongeant la route à partir de Kegaska.

«La seule solution à l'isolement, a-t-elle insisté, c'est la 138.» Mais elle s'attend du gouvernement à une proposition temporaire qui reposera sur le transport aérien. L'idée de s'en remettre davantage à des liens maritimes ne lui sourit pas.

«Nous avons vu de très gros investissements dans le navire Bella-Desgagnés (du groupe Desgagnés), soutient Corain Driscol. Nous n'avons vu aucune amélioration du service. Nous devons continuer de marcher sur le ferry, nous ne pouvons y conduire nos véhicules et voyager où nous le voulons et ça demeure [un service] une fois la semaine.»

La mairesse est un peu sceptique sur les résultats à espérer. «Il semble qu'au fil des ans [every few years], nous avons la même consultation sur ce qui fonctionnera ou pas. Il y a cinq ans, ils ont fait un projet» de desserte par navire, l'hiver. Maintenant, rapporte-t-elle, ils n'en veulent plus et seraient enclins au transport aérien.

Dans un communiqué de presse, les ministres ont mentionné qu'ils «se rendront cet automne sur la Basse-Côte-Nord afin de discuter de la solution retenue à la suite de l'étude des mémoires. La consultation cernera les attentes et les besoins des résidents en matière de transport des passagers et des marchandises.»

«Les résidents de l'île d'Anticosti et de la Basse-Côte-Nord pourront s'exprimer sur des pistes de solution permanentes concernant les enjeux liés aux déplacements pendant l'année», a précisé le ministre Pierre Arcand.

«Le gouvernement du Québec a la volonté d'offrir aux résidents de l'île d'Anticosti et de la Basse-Côte-Nord un service de désenclavement douze mois par année. C'est pourquoi la Société des traversiers du Québec (STQ) sera mandatée en conséquence», a signalé le ministre Poëti.

Il n'a pas été possible d'obtenir les commentaires du maire d'Anticosti, Jean-François Boudreault, et de son homologue Armand Joncas, à la tête de la municipalité de Blanc-Sablon, la municipalité la plus à l'est du Québec, avec un lien routier vers le Labrador en direction de Fermont et de Baie-Comeau.

M. Joncas a fait les manchettes, l'été passé. Il a exprimé le souhait que sa communauté se joigne à la province de Terre-Neuve-et-Labrador et se sépare du Québec. Il juge que le gouvernement québécois ne répond pas aux demandes de la Basse-Côte-Nord.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer