Québec veut acquérir Pointe-Noire

Québec cherche à acquérir les installations mises en... (Photo fournie par Cliffs Natural Ressources)

Agrandir

Québec cherche à acquérir les installations mises en vente par Cliffs Natural Ressources dans le secteur de Pointe-Noire à Sept-Îles.

Photo fournie par Cliffs Natural Ressources

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Fanny Lévesque

Collaboration spéciale

Le Soleil

(Sept-Îles) Québec veut mettre la main sur l'accès à la stratégique Pointe-Noire de Sept-Îles. Une offre d'achat sera déposée pour acquérir les installations à vendre de Cliffs Natural Resources, a confirmé le ministre de l'Économie, Jacques Daoust.

Le géant américain, qui a fermé et placé sous la protection de la Loi sur les arrangements avec les créanciers sa mine du lac Bloom en février, liquide maintenant ses actifs québécois. Hormis ses équipements de Fermont, Cliffs possède des actifs d'expédition à Sept-Îles, dont le seul chemin de fer donnant accès au Port et à son fameux nouveau quai multiusager, la pierre angulaire du déploiement du Plan Nord.

«Le chemin de fer et la pointe Noire comme tel, il est clair que l'on veut en devenir propriétaire», a affirmé le ministre Daoust, qui était à Sept-Îles lundi pour rencontrer le comité Urgence Cliffs, créé dans la foulée de l'arrêt des activités de la minière. «On est en négociation et effectivement, il va y avoir une offre. J'ai déjà des budgets qui me sont alloués spécifiquement pour ce dossier-là.»

Impossible pour l'heure de connaître le montant qu'allongerait l'État, mais Jacques Daoust explique qu'une société en commandite serait créée après l'acquisition des infrastructures, dont la valeur est difficile à estimer avec la chute du marché du fer. L'offre viserait l'achat de l'entièreté des équipements de la propriété de Pointe-Noire, dont de vastes terrains et une usine de bouletage, fermée en 2013.

Gestion serrée

«La société deviendra propriétaire des actifs, avec des partenaires», indique le ministre. Le Port de Sept-Îles et d'autres «institutions» pourraient s'impliquer dans la nouvelle structure, mais le gouvernement garderait «suffisamment de contrôle pour faire en sorte qu'on ne revivra jamais la situation que l'on vit», a-t-il martelé.

Du temps où Cliffs opérait encore au Québec, ni le Port, ni le gouvernement québécois n'ont été capables de s'entendre avec la minière pour rendre accessible son chemin de fer, ce qui compromettait le développement des projets miniers de la fosse du Labrador. Ottawa, après enquête, a finalement déterminé en janvier que le tronçon relevait de juridiction fédérale, ce que Cliffs tente toujours de contester.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer