Un documentaire sur l'histoire des pâtes et papiers à Donnacona

Pour produire son documentaire, qui s'inscrit parmi les... (Photo collection Claude Frenette)

Agrandir

Pour produire son documentaire, qui s'inscrit parmi les initiatives qui marqueront le 100e anniversaire de Donnacona, Nicolas Proulx a recours à plusieurs photos d'époque.

Photo collection Claude Frenette

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Johanne Martin

Collaboration spéciale

Le Soleil

(Donnacona) Il y a quelques mois, un cadre de la Ville de Donnacona confiait à Nicolas Proulx son inquiétude de voir l'histoire des travailleurs de l'usine de pâtes et papiers sombrer trop vite dans l'oubli. Il n'en fallait pas plus pour convaincre le jeune cinéaste de s'atteler à la production d'un documentaire sur le sujet.

«À force de m'impliquer bénévolement et de côtoyer les membres de la communauté, j'ai aussi pris conscience de l'importance de cette usine dans la mémoire collective. Lorsque j'ai déménagé à Donnacona, en 2010, les activités d'AbitibiBowater venaient à peine de cesser. On sentait une lourdeur», résume le réalisateur à propos de sa démarche.

Selon M. Proulx, plus d'une dizaine d'ex-employés ont manifesté leur intérêt à partager leur expérience. Pour appuyer les témoignages qui traiteront de la vie en usine et des lendemains de la fermeture, le cinéaste aura recours à plusieurs vidéos et photos d'époque, dont certaines datent des débuts de la papetière, en 1912.

100e anniversaire

Si le film est destiné à s'inscrire parmi les initiatives qui marqueront le 100e anniversaire de la ville, célébré cette année, son auteur confirme que personne n'avait encore produit de document audiovisuel sur l'histoire de l'usine qui a fermé ses portes en 2008. Il y voit une façon de «transmettre des souvenirs aux générations suivantes».

«On aborde un sujet propice à l'enseignement, qui illustrera les grandes années et le déclin des journaux papier dans notre société», poursuit celui qui effectue des recherches sur le sujet depuis l'été dernier. «Ce sera une réflexion sur l'histoire du papier et son impact dans la construction de la ville que l'on connaît aujourd'hui.»

Le réalisateur prévoit enregistrer les témoignages au cours des deux premières fins de semaine de mai, pour ensuite se consacrer au montage du documentaire qui serait présenté au public en juillet. La durée du film variera entre 30 et 45minutes et Nicolas Proulx promet d'y ajouter sa «touche d'auteur et de mettre de la couleur là-dessus»!  

Appuyé par le comité du patrimoine et celui des arts de la scène de Donnacona, le cinéaste a choisi de faire appel à la plateforme de financement participatif La Ruche (www.laruche-quebec.com) pour boucler son budget, estimé à 6400 $. Son objectif est d'y recueillir 1000 $ puisque 5400 $ lui sont déjà acquis. La campagne se termine le 9 mars.

Le DVD peut être acheté en prévente sur la plateforme La Ruche et à sa sortie, les personnes intéressées auront la possibilité de se le procurer par l'entremise du lien qui sera disponible dans le site www.ste-cravache.ca.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer