Le gouvernement Couillard a mis le feu au patrimoine régional, dénoncent une quarantaine de chercheurs

Marie-José Fortin et Bruno Jean, professeurs-chercheurs à l'Université... (Photothèque Le Soleil)

Agrandir

Marie-José Fortin et Bruno Jean, professeurs-chercheurs à l'Université du Québec à Rimouski (photo) et membres du Centre de recherche sur le développement territorial, ont lancé jeudi en conférence de presse une mise en garde sévère au gouvernement du Québec.

Photothèque Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Les mesures d'austérité du gouvernement Couillard équivalent à mettre le feu au patrimoine régional et à l'expertise développée au cours des 40 dernières années.

Dans une rare et exceptionnelle sortie publique, une quarantaine de chercheurs universitaires venant de 11 établissements ont dénoncé le démantèlement des institutions régionales par un simple exercice comptable au lieu de mener une étude sérieuse qui aurait pu monter les bons côtés et les améliorations possibles des diverses institutions régionales.

Marie-José Fortin et Bruno Jean, tous deux professeurs-chercheurs à l'Université du Québec à Rimouski et membre du Centre de recherche sur le développement territorial, ont lancé, en conférence de presse jeudi, une mise en garde sévère au gouvernement du Québec. Ils estiment que les mesures d'austérité imposées sans consultations risquent de détruire la concertation, le dynamisme et de développement économique des régions, des efforts qui ont mis près de 40 ans à donner des résultats.

«On jette le bébé avec l'eau du bain», disait Mme Fortin en reprenant l'adage populaire, «sans rien proposer d'innovant ou de rassembleur comme solution de rechange. Les mesures d'austérité auront des effets néfastes sur les régions. Il faut des plans qui voient plus loin que le temps d'un budget ou le passage d'un gouvernement.»

Ce n'est pas sans raison que des groupes de citoyens et d'élus et la coalition Touche pas à mes régions! crient haut et fort que les mesures du ministre des Finances mettent en péril le développement régional.

Pour tous les chercheurs qui ont signé cette mise en garde, il s'agit de mesures comptables dangereuses qui nuiront longtemps au développement régional. Tout ce qui s'est fait jusqu'à maintenant a permis de diminuer le chômage, de ramener des familles de jeunes professionnels dans des régions qui avaient besoin de cette vitalité.

La disparition des organismes, comme les conférences régionales des élus, les centres locaux de développement, les transformations des centres de services sociaux et de santé, des directions régionales des ministères, les fusions des commissions scolaires et les nombreuses autres coupes aveugles du gouvernement Couillard sont des erreurs historiques non appuyées sur des faits ou des démarches scientifiques d'analyse des besoins.

Conséquences insoupçonnées

Ce bouleversement majeur aura des conséquences insoupçonnées. Non seulement il y aura des pertes d'emploi, des gens qui iront s'installer ailleurs, il y aura des diminutions de services, mais pire encore, ce sera la disparition de l'expertise, la perte des habitudes de travailler ensemble et la diminution de l'intérêt entrepreneurial avec la fermeture des organismes de soutien.

«Perdre deux ou trois familles en Gaspésie, souligne Bruno Jean, ça peut même signifier la fermeture d'une ou deux écoles alors que leur arrivée avait maintenu le service. Notre rôle de chercheur est d'analyser les situations dans le temps, d'évaluer les résultats de telle ou telle mesure. Or, dans ce cas-ci, ce sont 40 ans d'efforts qui risquent de partir en fumée.»

Des études nécessaires

Les représentants du Centre de recherche sur le développement territorial (CRDT) ont téléphoné à quelques reprises pour être entendu par la Commission des finances publiques. Des appels qui n'ont pas eu de suite.

Ils ont rencontré des gens au ministère des Finances pour donner leur point de vue, mais n'ont reçu qu'une lettre polie ne disant pas grand-chose.

«Nous utilisons le plan B avec une conférence de presse pour exposer nos inquiétudes et nos recommandations», affirment Marie-José Fortin et Bruno Jean, professeurs-chercheurs à l'Université du Québec à Rimouski et membres du CRDT.

Leur mémoire d'une trentaine pages a été déposé le 10 février, car pour les chercheurs, il était nécessaire que les élus puissent les écouter et que le public soit sensibilisé à ses constats.

Selon eux, tout processus de décentralisation devrait être inscrit dans un projet de loi débattu publiquement dans la transparence.

Avant de démanteler ou de restructurer les institutions locales, le gouvernement devrait procéder à une évaluation de la contribution des institutions locales et régionales en exposant les changements à la population. Il faut, assurent-ils, des échanges avec les acteurs concernés que sont les élus, les gens d'affaires et les différents groupes communautaires.

À leur avis, toute redéfinition des institutions locales et régionales doit impliquer les gens concernés. Il faut aussi des leviers, comme des mécanismes d'épargne et d'investissements pour orienter les projets sur des activités rentables.

Le CRDT insiste sur la nécessité pour le gouvernement de s'appuyer sur les résultats des recherches des centres universitaires au lieu de faire des coupes sans projet de rechange. Des projets pilotes sont nécessaires comme moyens de valider une approche, estiment les chercheurs.

Bruno Jean s'étonne de l'abolition des centres locaux de développement créés justement pour le développement économique local. «Sur le terrain, on voit les résultats positifs.»

Marie-José Fortin estime qu'il faut abandonner les préjugés qu'il ne se passe rien en région. «Lorsque les régions se portent bien, tout le Québec et les grandes villes se portent mieux», affirme-t-elle convaincue. 

On peut lire le rapport à cette adresse : tinyurl.com/oxq4yal

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer