Industrie touristique: la ministre Vien exige plus de cohérence

La ministre du Tourisme, Dominique Vien... (Photothèque Le Soleil, Erick Labbé)

Agrandir

La ministre du Tourisme, Dominique Vien

Photothèque Le Soleil, Erick Labbé

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Malgré la grogne qui couve en région, la ministre Dominique Vien maintient qu'il faut exiger plus de cohérence et d'efficacité du milieu touristique.

Le Soleil a fait état la fin de semaine dernière des inquiétudes que suscitent parmi les 22 associations touristiques régionales (ATR) du Québec les propositions de réforme de la ministre.

En autre chose, la ministre Vien envisage de récupérer une partie des 49 millions $ générés chaque année par la taxe spécifique sur l'hébergement (TSH) et actuellement gérés par les ATR. La somme servirait à élaborer un seul et unique plan de promotion destiné à séduire les touristes de l'extérieur du Québec.

«Est-ce qu'il y a moyen de moderniser nos façons de faire? a demandé la ministre, hier. Je pense que oui. En marketing et en promotion, par exemple, on ne peut pas avoir 25 000 messages. Ça ne marche pas. Sinon, le message est dilué. On ne sait pas de quoi on parle, et personne ne comprend.»

Selon les informations obtenues hier, la proposition de la ministre laisserait aux ATR la responsabilité et le budget de promotion de leur région à l'intérieur du Québec, mais avec plus de reddition de comptes. Pour le volet «hors Québec», une table de l'industrie touristique où siégeraient les différents partenaires, dont les ATR, élaborerait un plan de commercialisation ciblé, commun à tous mais flexible.

Au cours de la fin de semaine, le vice-président de l'Association des hôteliers de l'Abitibi-Témiscamingue, Jean-Pier Frigon, a plaidé que les régions sont les mieux placées pour se vendre sur tous les marchés. «La différence entre faire l'amour et le viol, c'est le consentement, a déclaré M. Frigon. Nous n'avons pas l'intention de consentir à un viol collectif.»

Mardi, la ministre Vien a qualifié la comparaison «d'assez douteuse». «C'est le moins que je puisse dire, a-t-elle lâché. Je n'en suis pas revenue de lire ça.»

«Du chevauchement»

La TSH varie d'une région à l'autre. Le gouvernement libéral envisage qu'un taux unique, par exemple 3,5 % du coût d'une nuitée, comme à Montréal, soit appliqué à l'ensemble du Québec. Ce cas de figure ferait passer à montant recueilli à 67 millions $.

«Le tourisme est un secteur à caractère économique», indique la ministre Vien. «Il faut le considérer comme ça. Il est évident que les régions font partie de la solution.»

Entre les ATR, les associations touristiques sectorielles et l'association québécoise de l'industrie touristique, il faut recadrer les mandats de chacun, insiste quand même la ministre.

«Nous finançons beaucoup d'organisations, constate Mme Vien. Il y a du chevauchement. Plusieurs personnes de l'industrie m'en ont parlé. Il y a des responsabilités à préciser et des rôles à revoir.»

L'avis des entrepreneurs

La ministre souhaite aussi utiliser les outils à sa disposition pour favoriser davantage les entrepreneurs du milieu touristique. «Ceux et celles qui mettent leur argent à risque, ces gens-là ont un mot à dire, note Mme Vien. La promotion, c'est beau, mais il faut développer le produit aussi.»

La ministre poursuivra ses consultations avec l'industrie et entend livrer ses conclusions ce printemps. Les propositions qui circulent actuellement sont toujours sujettes à changement, répète-t-elle. Sa réforme, qui vise l'atteinte des objectifs fixés dans le plan de développement de l'industrie touristique 2012-2020, ne sera pas mise en place avant 2016-2017, indique-t-elle.

Hier, l'Association québécoise de l'industrie touristique est sortie sur la place publique pour rappeler que la réforme de la ministre a été réclamée par l'industrie. «C'est à notre demande que la révision du modèle d'affaires se fait, et on y tient», a affirmé la directrice générale de l'Association, Lucie Charland. «On n'accepterait pas de passer par une révision comme celle-là si ce n'était pas pour arriver en bout de ligne avec un meilleur modèle.»

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer