Matane: Péladeau dévoile son côté vert

Le candidat à la chefferie du Parti québécois,... (Photo collaboration spéciale Johanne Fournier)

Agrandir

Le candidat à la chefferie du Parti québécois, Pierre Karl Péladeau, a été accueilli à Matane par l'un de ses plus grands admirateurs, le député de cette circonscription, Pascal Bérubé.

Photo collaboration spéciale Johanne Fournier

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Johanne Fournier

Collaboration spéciale

Le Soleil

(Matane) Le candidat à la chefferie du Parti québécois Pierre Karl Péladeau lance sa campagne en affichant son côté vert. Il s'est même montré frileux par rapport au développement pétrolier.

Pour la première escale de sa tournée du Québec qui a débuté vendredi, Pierre Karl Péladeau a choisi un bastion péquiste en débutant par Cap-Chat et Matane. En bon soldat, le député de Matane-Matapédia, Pascal Bérubé, a reçu son collègue et les journalistes dans sa résidence de Matane. Lors de cette assemblée de cuisine, M. Péladeau a longuement défendu les filières de développement durable et a affiché une certaine prudence par rapport à l'exploitation des hydrocarbures.

De l'avis du député de Saint-Jérôme, c'est une façon de défendre l'intérêt des régions. «Si nous avions été au gouvernement, nous aurions continué à investir en région, à considérer la filière énergétique, l'électrification des transports et l'éolien», a-t-il fait valoir. Il a souligné que le pétrole allait à l'encontre de la politique énergétique que son parti préconisait.

Selon Pierre Karl Péladeau, ce n'est pas avec le gouvernement du Québec actuel que l'hydroélectricité et le transport électrique pourront se développer. «Le gouvernement libéral est accoté systématique sur les politiques du gouvernement Harper et le premier ministre a une vocation à défendre les intérêts pétroliers de l'Alberta et des sables bitumineux», a-t-il avancé.

S'il ne s'oppose pas totalement au développement pétrolier du Québec, il joue néanmoins de prudence. Il rappelle que le Québec dispose d'un outil qui lui permettra de voir clair dans ce dossier : le Bureau d'audiences publiques sur l'environnement (BAPE). «Le critère de l'acceptabilité sociale est indéniable, affirme-t-il avec fermeté. La fracturation, je sais c'est quoi, mais je ne suis pas un expert. Est-ce que les effets de la fracturation sont aussi graves que certaines personnes le font valoir? Honnêtement, je ne suis pas en mesure de fournir une réponse.»

Moins enthousiaste pour le pétrole D'anticosti

Visiblement, le porte-parole de l'opposition officielle en matière d'économie, d'entrepreneuriat, de PME et d'exportations ne partage pas tout à fait le même enthousiasme que l'ancienne première ministre, Pauline Marois, qui, en février dernier, avait annoncé que son gouvernement devenait officiellement le partenaire de l'industrie pétrolière.

Des investissements de 115 millions $ étaient prévus pour la recherche d'énergie fossile sur l'île d'Anticosti. Pour le gouvernement de l'époque, la perspective de pouvoir exploiter du pétrole au Québec s'inscrivait dans la volonté du gouvernement de favoriser l'indépendance énergétique. Pétrolia et Corridor Resources prévoyaient forer près de 20 puits sur l'île, dont certains par le moyen de la fracturation hydraulique.

Emballé par l'éolien

En matière de développement éolien, M. Péladeau a salué les initiatives gouvernementales des dernières années. «Il s'agit d'un secteur énergétique d'avenir, estime-t-il. On ne se trompe pas quand nous investissons dans ce champ d'activité énergétique.»

La dernière visite de Pierre Karl Péladeau à Matane remontait à 1988, alors qu'il était âgé de 28 ans. Il avait accompagné son père, Pierre Péladeau, pour la première pelletée de terre de l'usine Donohue de l'endroit. S'engage-t-il à venir plus souvent dans la région s'il accède à la chefferie de son parti? «C'est un engagement qui est requis et qui m'apparaît essentiel», a-t-il répondu sans hésitation.

Le parlementaire était attendu, vendredi soir, au Colisée Béton Provincial de Matane. Samedi, il se dirigera vers Rimouski et Rivière-du-Loup. Notons que M. Péladeau a écarté Québec de la liste des villes où il s'arrêtera.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer