Le dragage de la baie de Gaspé va de l'avant

Le Bureau d'audiences publiques sur l'environnement a tenu... (Photothèque Le Soleil, Gilles Gagné)

Agrandir

Le Bureau d'audiences publiques sur l'environnement a tenu une séance d'information sur le projet de dragage des sédiments dans la baie de Gaspé.

Photothèque Le Soleil, Gilles Gagné

Partager

Geneviève Gélinas, collaboration spéciale
Le Soleil

(Gaspé) Transports Canada draguera les sédiments contaminés au cuivre et aux hydrocarbures du fond de la baie de Gaspé, près du quai de Sandy Beach. Le projet de 36 millions $ se concrétisera en 2014, plus de 10 ans après qu'une étude eut identifié des risques à long terme pour l'écosystème marin.

Le Bureau d'audiences publiques sur l'environnement a tenu une séance d'information sur le projet cette semaine à Gaspé. Environ 27 000 mètres cubes de sédiments (l'équivalent de 2700 camions-bennes de 10 roues) seront dragués sur une surface de 50 000 mètres carrés (11 terrains de football) au sud et au sud-est du quai.

Les coûts de 36millions $ incluent les études réalisées ces dernières années.

Transports Canada a prévu plusieurs scénarios de décontamination, dans l'espoir d'obtenir des soumissions à moindre coût. Une barge supportera une pelle mécanique ou une pompe hydraulique (une sorte d'aspirateur) qui draguera les sédiments. Les matières seraient déchargées sur le quai et transportées vers un site d'assèchement à proximité, pour quitter ensuite Gaspé vers un site d'élimination de matériaux contaminés.

L'entrepreneur pourra toutefois traiter les sédiments sur place s'il le juge avantageux. Il pourrait même les expédier directement par barge vers un site autorisé, sans qu'elles touchent terre à Gaspé.

Le transbordement de concentré de cuivre par Noranda (aujourd'hui Xstrata) est à l'origine de la contamination à ce métal. Xstrata paiera 40 % de la facture de restauration.

Les hydrocarbures viennent du bois de l'ancien quai, traité à la créosote, du transbordement de produits pétroliers et des activités militaires pendant la Seconde Guerre mondiale.

Les appels d'offres seront lancés à l'été. Le dragage pourrait commencer en juillet 2014 et s'étirer sur 10 à 12 semaines.

Mariculteurs inquiets

Les mariculteurs de la baie de Gaspé s'inquiètent des répercussions des travaux sur la chair de leurs mollusques, des filtreurs qui concentrent les polluants.

La décontamination est «louable», ont-ils souligné, mais le dragage remettra des contaminants en suspension dans l'eau.

La baie de Gaspé abrite un éleveur de pétoncle et un éleveur de moule à quelques kilomètres du port. Ils amarrent leurs bateaux au quai de Sandy Beach et y débarquent leurs mollusques.

«S'il y a des travaux de dragage tout l'été et que la récolte est interdite, je devrai mettre mes employés au chômage», illustre Jean-Philippe Hébert, président de Fermes marines de Gaspé. «Si je ne peux pas débarquer parce que le quai est occupé ou si mes pétoncles sont impropres à la consommation, il y a aura des impacts économiques.»

Autour de la zone la plus contaminée, l'entrepreneur devra installer un rideau de confinement, qui bloque les particules, mais laisse passer l'eau, a expliqué Linda Roberge, de Transports Canada.

«Il y a très peu de courants» dans le secteur à décontaminer, qui est «protégé par le quai», a ajouté Mme Roberge. «Les sédiments vont rester à moins d'un kilomètre de la zone des travaux.»

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer