Des vaches... pour l'autosuffisance énergétique de Rimouski

Gabriel Maffolini, du Groupe Méthanex International (GMI) de... (Photo collaboration spéciale, Carl Thériault)

Agrandir

Gabriel Maffolini, du Groupe Méthanex International (GMI) de Rimouski, montre les réservoirs dans lesquels a été conservé le méthane produit à partir du fumier de 300 vaches.

Photo collaboration spéciale, Carl Thériault

Partager

Sur le même thème

Carl Thériault, collaboration spéciale
Le Soleil

(Rimouski) Toutes les maisons unifamiliales de Rimouski (12 000 en tout) seraient autosuffisantes en énergie si le méthane produit annuellement par le fumier des 300 vaches laitières de la ferme CotoPierre de Rimouski était utilisé dans des bonbonnes ou transformé en électricité.

Il y aurait même 60 vaches... de trop car une vache produit pas moins de 40 tonnes de fumier par année et peut ainsi alimenter en énergie 50 maisons.

C'est l'une des conclusions de l'expérience de production de méthane à partir de fumier en cours à l'une des plus belles fermes de la région. Il a fallu un mois pour produire 4000 litres de méthane non filtré à partir de 1500 litres de lisier brut.

«On a assis notre expertise durant la première année. À l'an deux, on veut en arriver à une solution permanente et spécifique pour la ferme CotoPierre. Il n'y a pas au Québec de projet qui vise à autosuffire localement une ferme, nous sommes probablement parmi les seuls», soutient Gabriel Maffolini du Groupe Méthanex International (GMI) de Rimouski.

Le coût de cette énergie reste toutefois à être établi par rapport au coût du diesel utilisé sur les fermes et à celui du gaz naturel sur les marchés.

L'expérience, d'une durée de trois ans, devra aussi passer les tests de l'automatisation des procédés et de la filtration à un coût acceptable, sans être obligé d'acheter des technologies existantes.

Pour produire du méthane, le lisier est placé dans une cuve fermée, appelée digesteur. Les bactéries digèrent la matière organique sur une période de 21 à 28 jours. L'action des bactéries produit le méthane stocké dans quatre réservoirs. Le gaz est transféré, par des tuyaux, vers le premier des quatre réservoirs de 1000 litres qui est rempli d'eau. Lorsqu'un certain niveau de pression est atteint, l'eau est chassée de ce réservoir par le gaz vers le deuxième compartiment et ainsi de suite.

Propriétés accrues

Les propriétés fertilisantes du lisier traité qui restent dans le digesteur sont même améliorées lors de ce processus. La boue qui sort du digesteur est débarrassée de toutes ses matières organiques. Il n'y a plus aucune odeur et plus aucun élément pathogène. La boue récoltée n'est constituée que de fibres et peut être utilisée directement comme engrais.

Le Groupe Méthanex International, qui gère cette expérience d'une durée de trois ans, est une entreprise rimouskoise formée de chercheurs, d'ingénieurs et de techniciens spécialisés, qui développent des technologies alternatives qui contribuent à la réduction des gaz à effet de serre.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer