Les Micmacs bloquent la 132 en Gaspésie

Les autochtones ont distribué des tracts en ralentissant... (Photo collaboration spéciale Gilles Gagné)

Agrandir

Les autochtones ont distribué des tracts en ralentissant la circulation sur le pont interprovincial entre la Gaspésie et Campbellton, au Nouveau-Brunswick, la voie de contournement du blocus érigé sur la route 132.

Photo collaboration spéciale Gilles Gagné

Partager

Gilles Gagné
Le Soleil

(Listuguj) Tel qu'annoncé depuis mercredi, les Micmacs de Listuguj ont bloqué la route 132 vendredi matin, afin de protester contre les effets des différentes décisions prises par le gouvernement conservateur de Stephen Harper, décisions, disent-ils, qui font reculer la cause autochtone.

Ils ont ainsi participé à un mouvement national. Les gens de Listuguj ont envoyé une délégation à Ottawa, avec leurs voisins de Gesgapegiag, près de Maria. Deux autocars de la Gaspésie ont joint d'autres autochtones dans la capitale.

Vendredi, à Pointe-à-la-Croix, la Sûreté du Québec détournait la circulation vers le pont interprovincial J.C. Van Horne afin d'éviter le blocus. Les gens qui devaient quitter la Gaspésie ou y arriver pouvaient revenir sur la route 132 en empruntant un second pont interprovincial à Matapédia. Les Micmacs ralentissaient légèrement la circulation sur le pont Van Horne afin de distribuer des tracts (plus de 4000 tracts entre 8h et 13h) informant le public des enjeux liés à leur initiative.

Le chef de Listuguj, Dean Vicaire, était très satisfait du déroulement de la manifestation. Il n'y a eu aucun incident majeur, même si le blocus était tenu lors d'une journée de grands déplacements pour des milliers de personnes.

«Nous recevons un fort appui des passants. Il y en a un, parfois, qui manifeste son mécontentement, mais c'est rare. Les autres Canadiens aussi souffrent des politiques de Harper», aborde le chef Vicaire.

Il rage contre les effets de la loi omnibus C-45 sur les autochtones.

«Les changements à l'assurance-emploi affectent nos travailleurs, alors que nous avons déjà de la difficulté à trouver de l'emploi. Les changements à la loi sur les eaux navigables nuiront à la pêche au saumon et aussi à nos pêches commerciales. Cette loi élimine aussi les obstacles à l'exploration de pétrole et de gaz. Que veut Harper? Faire du pays un endroit plein de lacs de bitume comme l'Alberta? Ce n'est pas notre façon de voir. Il vient de là et il sert les intérêts des compagnies de cette province», déplore Dean Vicaire.

Il se dit fier de s'être joint à un mouvement comme celui enclenché vendredi. «J'ai 40 ans. Je côtoie des gens de ma communauté qui revendiquent des choses depuis 30 ou 40 ans, sans succès. Il faut donc changer de façon de faire. Il n'y a plus de place pour le défaitisme et la résignation», conclut-il.

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer