Entente rapidement conclue avec les cols bleus de Baie-Comeau

La mairesse Christine Brisson, le président du syndicat... (Collaboration spéciale Steeve Paradis)

Agrandir

La mairesse Christine Brisson, le président du syndicat Éric St-Gelais et la conseillère syndicale du SCFP Charlaine Sirois ont paraphé la nouvelle convention collective des employés manuels de Baie-Comeau.

Collaboration spéciale Steeve Paradis

Partager

Steeve Paradis, collaboration spéciale
Le Soleil

(Baie-Comeau) Après seulement six jours de négociation, la Ville de Baie-Comeau s'est entendue avec son Syndicat des employés manuels sur une nouvelle convention collective. Les cols bleus recevront une augmentation salariale moyenne de 2,5 % pour chacune des quatre années du contrat de travail.

En plus de la hausse salariale, les 50 cols bleus permanents et la vingtaine de temporaires pourront bénéficier de la semaine de quatre jours en période estivale, qui est déjà instaurée comme projet-pilote depuis quatre ans. «Le projet-pilote a démontré qu'il y a un gain de productivité», a indiqué la mairesse Christine Brisson.

La nouvelle convention, qui viendra à échéance le 31 mars 2016, prévoit l'instauration d'un horaire de garde pour les monteurs de ligne. Il faut savoir que Baie-Comeau est propriétaire du réseau de distribution d'électricité du secteur est de la municipalité. Le secteur ouest est exploité par Hydro-Québec. À la signature de la convention, le salaire horaire moyen des cols bleus sera de 28,47 $.

La question cruciale des régimes de retraite n'a pas été abordée lors de cette négociation, car les autorités entendent en discuter avec l'ensemble des employés. «Nous avons convenu de ne pas négocier sur ce point, a indiqué la mairesse. Le dossier des régimes de retraite va être traité de façon indépendante. On sait que c'est un gros enjeu et ce sera négocié globalement en 2013.»

Mme Brisson a assuré que le conseil municipal n'a pas fait preuve de générosité en consentant à de telles hausses salariales dans un contexte de rationalisation. «Lorsqu'on regarde, on constate que 2,5 %, c'est le marché», a-t-elle lancé avant de signaler que lors de la renégociation des régimes de retraite, «c'est peut-être l'endroit où on va demander un effort particulier».

Suggestions pour Québec?

Puisque ces négociations se sont déroulées dans l'harmonie, Le Soleil a voulu savoir si une des parties avait des suggestions à faire à la Ville de Québec, à son maire Régis Labeaume ainsi qu'aux syndicats. Comme on le sait, les négociations avec les employés municipaux à Québec ne se déroulent pas tout à fait dans le même climat qu'à Baie-Comeau.

Refusant de se mouiller, la mairesse Brisson a préféré en rire. Pour sa part, la conseillère syndicale au Syndicat canadien de la fonction publique (SCFP) sur la Côte-Nord, Charlaine Sirois, a simplement rappelé que peu importe la négociation, «il est important de ne pas seulement avoir des demandes, mais aussi de discuter avec l'autre partie pour avoir un milieu de travail qui fonctionne bien».

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer