Bas-Saint-Laurent: attention aux originaux!

Les orignaux sont impliqués dans plus de 1000... (Photothèque Le Soleil)

Agrandir

Les orignaux sont impliqués dans plus de 1000 collisions routières chaque année au Québec.

Photothèque Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Carl Thériault
Le Soleil

(Rimouski) La hausse sur une quinzaine d'années du nombre d'orignaux dans les forêts, l'étalement urbain, l'agrandissement de leur aire de dispersion et la grande vitesse des automobiles qui sont aussi en plus grande quantité sur les routes expliqueraient la dizaine de collisions survenues en six mois entre les orignaux et des véhicules dans l'Est-du-Québec.

La période de reproduction des orignaux qui engendre de nombreux déplacements de l'animal vers les circuits routiers serait aussi une raison de ces collisions, selon Jean Lamoureux, biologiste à la Direction de l'expertise faune-forêt Bas-Saint-Laurent au ministère des Ressources naturelles et de la Faune. «Il n'y a pas plus d'orignaux cette année qu'au cours des dernières années, mais leur nombre a triplé sur une période de 15 ou 20 ans.»

«S'il y en avait en masse, des orignaux, tous les chasseurs qui sont en forêt tueraient leur orignal, ce qui n'est pas le cas. Il y a plus d'automobiles sur les routes et à plus grande vitesse», explique aussi Serge Le Roy Audy, président de la section régionale Bas-Saint-Laurent de la Fédération québécoise des chasseurset pêcheurs.

Dans l'Est-du-Québec, qui compte 300 000 habitants, 40 000 chasseurs envahissent ce territoire de plus de 44 000 kilomètres carrés pour la chasse à l'orignal.

Plusieurs des collisions ont causé la mort ou des blessures graves. Après une collision lundi entre une automobile et un orignal à Gaspé, qui a causé la mort d'un homme, deux autres accidents impliquant des orignaux ont fait trois blessés à Pohénégamook et sur la route 132 entre Saint-Fabien et Saint-Simon, où un camion-remorque est entré en collision avec un orignal qui a été heurté par une automobile qui suivait le camion lourd. Au début de juin, six collisions avaient été dénombrées.

Surtout des blessures

L'orignal blesse toutefois plus qu'il ne tue sur les routes. Le nombre de collisions (dommages matériels, blessés légers, blessés graves et décès) a évolué en dents de scie, de 70 en 2009 à 87 en 2010 pour retomber à 59 en 2011. Il y a eu respectivement 11,17 et 15 blessés légers en plus de deux blessés graves et d'un accident mortel au cours de cette période.

Au Québec, les orignaux sont impliqués dans plus de 1000 collisions routières chaque année, dont de 160 à 310 entraînent des blessures graves chez les automobilistes, selon les données du ministère des Ressources naturelles et de la Faune. Le CAA-Québec estime que des hivers plus doux successifs ont permis à la population des cervidés de croître plus facilement, occasionnant plus de circulation sur le bord de nos routes.

Il n'est pas question pour l'instant de lancer une vaste campagne de sensibilisation auprès des automobilistes. «Les dernières campagnes d'information au niveau provincial remontent à plusieurs années», dit Martine Lévesque, des relations médias à Transports Québec à Rimouski. De longues clôtures, des tunnels et des panneaux de signalisation avertissent les automobilistes de la présence possible de chevreuils ou d'orignaux.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer