Bandes riveraines du lac Sept-Îles: renaturalisation majeure

Michel Fleury et Jacques Plamondon, de l'APLSI, joignent... (Photo collaboration spéciale, Johanne Martin)

Agrandir

Michel Fleury et Jacques Plamondon, de l'APLSI, joignent leurs efforts à ceux de Chantal Leblanc, de la CAPSA, pour convaincre les riverains d'adhérer à l'Opération Belles Rives 2010-2011.

Photo collaboration spéciale, Johanne Martin

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Johanne Martin
Le Soleil

(Saint-Raymond) Plus de la moitié des 20 kilomètres de rives du lac Sept-Îles, à Saint-Raymond, présente des conditions inadéquates pour préserver la qualité de l'eau. Afin de limiter l'apport en phosphate et prévenir la prolifération des cyanobactéries, l'Association des propriétaires du lac Sept-Îles (APLSI) vient de lancer une vaste opération qui vise à restaurer, d'ici deux ans, la bande riveraine de 200 propriétés.

Dans la foulée des actions entreprises à la suite du dépôt de la diagnose écologique sommaire (bilan de santé) du lac Sept-Îles, au printemps 2008, l'organisme a choisi d'y aller d'une offensive majeure. Il met à la disposition des résidants une somme de 164 000 $ destinée à une initiative qu'il a appelée Opération Belles Rives 2010-2011.

«Des professionnels de la CAPSA, l'organisme de bassin versant auquel nous nous sommes associés dans la mise en oeuvre du projet, rencontreront chacun des propriétaires pour leur proposer, gratuitement, un plan de renaturalisation de leur bande riveraine», explique Jacques Plamondon, du comité environnement de l'APLSI. «En fonction des plans retenus par les riverains, des arbustes seront mis à leur disposition à un prix réduit de 50 %.»

«À titre d'exemple, si la restauration nécessite 100 plants, il en coûtera au propriétaire 225 $ et la contribution de l'opération s'élèvera à 605 $», ajoute Michel Fleury, aussi membre du comité. «C'est l'aide financière reçue d'Environnement Canada [programme ÉcoAction], de la Ville de Saint-Raymond et de l'APLSI qui permet aux résidants de profiter de cette opportunité.»

Aide et conseil

La restauration s'effectuera normalement sur une bande de cinq mètres, mais celle-ci pourrait s'étendre sur 7,5 mètres si la pente du terrain est supérieure à 30 %. Le plan tiendra compte des aménagements en place et les professionnels s'engagent à fournir aux propriétaires les conseils nécessaires à la plantation des arbustes - des espèces qui n'obstruent pas la vue sur le lac - et à l'entretien de leur bande riveraine. «L'Opération Belles Rives est une occasion à saisir pour les riverains, puisqu'en 2012, la Ville entend adopter un règlement obligeant la renaturalisation des rives dégradées», annonce pour sa part le maire de Saint-Raymond, Rolland Dion. «Nous avons en fait retardé l'adoption de celui-ci pour pouvoir bénéficier du programme ÉcoAction et permettre l'adhésion des personnes sur une base volontaire.»

L'APLSI souhaite que l'ensemble des travaux soit complété pour 2015. Elle compte par ailleurs s'attaquer, d'ici peu, aux problèmes des installations septiques non conformes et des embarcations motorisées responsables de l'érosion des berges et du brassage des eaux.

www.aplsi.com

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer