St-René-de-Matane: le ministre Lessard évoque la tutelle

«On ne veut pas avoir des conseils municipaux... (Photothèque La Voix de l'Est)

Agrandir

«On ne veut pas avoir des conseils municipaux qui se bagarrent, qui s'injurient. Alors, il faut mettre de l'ordre là-dedans», a fait savoir le ministre Laurent Lessard.

Photothèque La Voix de l'Est

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Johanne Fournier, collaboration spéciale
Le Soleil

Le ministre des Affaires municipales, Laurent Lessard, n'é­carte aucun scénario pour rétablir l'ordre à Saint-René-de-Matane, même s'il faut aller jusqu'à la tutelle.

Le conseil municipal est aux prises avec un conflit qui perdure depuis six mois, paralysant complètement la gestion des affaires. Une bagarre a même éclaté lors de la dernière assemblée, lundi soir, à laquelle assistaient 200 personnes pour un village qui en compte 1070.

Le ministre a pris connaissance mercredi de la résolution du conseil qui demande à la Commission municipale du Québec d'intervenir. «Je suis préoccupé par ce qui se passe là-bas», a dit M. Lessard mercredi, ajoutant avoir demandé à la Commission «de faire état de la situation et de me faire des recommandations qui pourraient aller jusqu'à la tutelle. Il faut absolument qu'il y ait une direction pour les achats réguliers, les services à la population et les approvisionnements».

«Un ne signe pas les chèques, l'autre tient le crayon, un autre ne peut pas rentrer à l'hôtel de ville, continue le ministre. Ce n'est pas ce qu'une population est en droit de s'attendre d'une municipalité! C'est une situation qui a dégénéré, qui est en train de devenir très personnelle. On ne veut pas avoir des conseils municipaux qui se bagarrent, qui s'injurient. Alors, il faut mettre de l'ordre là-dedans», a fait savoir le ministre.

Un émissaire

Le président de la Commission municipale, Pierre Delisle, a confirmé au Soleil qu'il avait déjà délégué quelqu'un qui devrait débarquer à Saint-René d'ici demain. «La tutelle est un scénario envisageable, mais il ne faut pas sauter aux conclusions trop vite», selon M. Delisle.

La Sûreté du Québec a ouvert une enquête à la suite d'une plainte pour voies de fait qui a été déposée par une dame contre l'un des conseillers de Saint-René, Pascal Dufour. La plainte est en lien avec la bousculade qui a eu lieu lorsque les élus s'apprêtaient à quitter la salle lundi soir.

Par ailleurs, le maire de Saint-René, Sylvain Audit, a reçu une mise en demeure de la directrice générale de la municipalité, Yvette Boulay. Elle exige que le maire se rétracte pour des paroles qu'il aurait prononcées lundi, devant ses concitoyens. «Pour elle, je n'aurais pas dû invoquer la possibilité de son congédiement en public», rapporte M. Audit.

 

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer