Dre Jeanne Pichette: au-delà du rêve

«Cela a été mon rêve dès le départ,... (Photo Le Soleil, Steve Deschênes)

Agrandir

«Cela a été mon rêve dès le départ, qu'il y ait un Centre mère-enfant à Québec. J'ai même vu la réalisation du rêve pendant que j'étais encore en activité», a partagé la Dre Jeanne Pichette.

Photo Le Soleil, Steve Deschênes

Partager

(Québec) Le Centre mère-enfant qui a ouvert ses portes en 2004 est un fleuron du CHUL. Il est très apprécié de nombreux parents de Québec, mais aussi de tout l'est du Québec en partant de Trois-Rivières.

Lauréate : Dre Jeanne Pichette, néonatologiste récemment retraitée, qui a hautement contribué à la mise sur pied du Centre mère-enfant.

Occasion : Pour souligner son important engagement, l'unité de néonatologie du Centre portera désormais son nom.

Ce projet aurait vu le jour plus tard fort probablement. C'était sans compter sur la patiente détermination de la Dre Jeanne Pichette. Pendant des années, la néonatologiste a multiplié les efforts pour convaincre ses collègues médecins et les administrateurs de la nécessité d'un regroupement pour améliorer la qualité des services.

«Cela a été mon rêve dès le départ, qu'il y ait un Centre mère-enfant à Québec. Je me trouve privilégiée. J'ai même vu la réalisation du rêve pendant que j'étais encore en activité», a dit notre lauréate de la semaine.

Après 33 ans de travail, la médecin a pris sa retraite l'été dernier. Elle a été chef du service regroupé de néonatologie du CHUL et de l'Hôpital Saint-François d'Assise de 1991 à 2004. Pour souligner son engagement envers les bébés qui nécessitaient des soins particuliers, l'unité de néonatologie du Centre portera son nom à l'avenir.

Le Centre mère-enfant a permis d'éviter des transferts de bébés d'un hôpital à l'autre pour voir un médecin spécialiste, pour passer des examens. À Saint-François d'Assise, on fait le suivi de grossesses normales et des accouchements jugés moins à risque.

«Ç'a a été très bon pour les contacts avec l'obstétrique, pour les grossesses à risque. On voit les mères avant qu'elles accouchent et quand il y a des problèmes particuliers. Les enfants naissent et tout de suite, ils sont amenés à l'unité néonatale quand ils en ont besoin», a affirmé la médecin.

Éclater les barrières

En outre, la mise en place du Centre mère-enfant a permis d'attirer de nouveaux médecins spécialistes, d'ajouter des équipements technologiques de pointe, d'offrir de nouveaux services et, surtout, d'éviter à bien des parents d'avoir à se rendre à Montréal pour avoir des services spécialisés pour leur nourrisson.

Malgré les avantages d'un regroupement de services, la Dre Pichette et d'autres collègues ont dû faire éclater quelques barrières pour mener leur bébé à terme. En 1981, l'entente qui permettait aux médecins en néonatologie de travailler dans deux hôpitaux - au CHUL et à Saint-François d'Assise - était la première du genre. Un premier mur venait de tomber. Trente et un ans plus tard, toute ces cloisons sont disparues entre les cinq hôpitaux qui forment l'énorme CHU de Québec.

Bien qu'elle soit heureuse d'avoir vu son rêve se réaliser, la Dre Pichette se réjouit davantage d'avoir pu donner une bonne qualité de vie à des milliers de bébés de petit poids ou qui avaient de sérieuses complications à la naissance.

«Le plus important dans ma carrière, c'est le contact avec la vie, les parents. C'est de toute beauté d'assister à un accouchement, même si l'enfant a des besoins particuliers. C'est extraordinaire d'observer le développement d'un enfant jour après jour. C'est ce qu'il y a de plus grandiose parce que c'est complexe», a-t-elle confié.

«Quand les choses vont bien, c'est un très beau cadeau. J'en ai rencontré qui ont 27 ans aujourd'hui, des jumelles qui ont 31 ans, des mères qui venaient accoucher de leur bébé et que j'avais soignées», a-t-elle poursuivi.

Elle espère maintenant que l'on procédera à un agrandissement prochain du Centre mère-enfant du CHUL, qui déborde avec le «baby-boom» des dernières années. Elle souhaite que le Centre ne soit pas oublié dans les campagnes de financement. Elle aimerait bien que Céline Dion et d'autres artistes soient aussi généreux pour le Centre de Québec qu'ils l'ont été ailleurs tout en étant très reconnaissante pour l'aide qui a été apportée au fil des années.

La Dre Pichette a aussi confiance en l'avenir du Centre mère-enfant. La relève médicale y est assurée avec des jeunes de talent, a-t-elle dit. Elle y a grandement contribué en formant des spécialistes qui travaillent à Québec et dans d'autres hôpitaux.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer