Diane Lapierre: nos racines, notre vie, notre identité

Faire chanter le monde ordinaire, tel est la... (Photo Le Soleil, Erick Labbé)

Agrandir

Faire chanter le monde ordinaire, tel est la noble cause de V'là l'Bon Vent. Parce que chanter est thérapeutique, parce que chanter libère, insiste Mme Lapierre.

Photo Le Soleil, Erick Labbé

Partager

(Québec) Lorsque Diane Lapierre a accepté la direction de V'là l'Bon Vent, son mandat ne devait durer qu'un an. La voici, 40 plus tard, toujours à son poste. «Y'a rien de plus permanent que le temporaire», dit-elle, l'air espiègle, visiblement heureuse de s'être laissé prendre au jeu.

LAURÉATE : Diane Lapierre

OCCASION : 40 ans à la direction artistique et générale de la troupe V'là l'Bon Vent

La troupe est devenue pour elle une mission. «Je me dis que si j'ai cette capacité-là, j'ai le devoir de le faire.»

De toute évidence, son engagement l'épanouit. «Beaucoup! D'abord, tu es tournée vers les autres, tu cherches dans chacun sa force. La direction générale t'oblige à penser à tout. La direction artistique t'amène à travailler à l'éducation au beau. J'aime ça que la culture rejoigne le peuple. Je dis que chaque personne a droit à sa pitance culturelle dans la vie. Il faut la lui donner.»

La notion de culture est aussi belle qu'elle est large, fait valoir Diane Lapierre. On ne peut la définir exactement et personne n'en a le monopole. Une chose est certaine, il faut la chérir.

«Je trouve que les gens n'y croient pas assez, qu'on ne croit pas assez en nous. On possède de belles oeuvres, nos danses sont dynamiques. On a ça dans le sang. Il faut conserver ça. Quand on dit qu'on a la joie de vivre au Québec, c'est très vrai.»

Pour le monde ordinaire

Faire chanter le monde ordinaire, tel est la noble cause de V'là l'Bon Vent. Parce que chanter est thérapeutique, parce que chanter libère, insiste Mme Lapierre. «Chanter, c'est très fort. C'est beaucoup plus fort que ce que les gens pensent. Il y a une force. Quand tu pars avec 80 personnes et que tout le monde va dans le même sens, ça devient un véhicule extraordinaire.»

C'est pour cette raison que Diane Lapierre choisit soigneusement le répertoire. Dehors les chansons négatives. «On a des poètes extraordinaires. Je peux parler des Gilles Vigneault et des Félix Leclerc, mais je peux aussi parler des nouveaux, des Fred Pellerin et des Pierre Lapointe et il y en a bien d'autres et il faut les encourager.»

C'est pour ça aussi que V'là l'Bon Vent reprend son Conte de Noël, depuis 19 ans, quand revient décembre (à propos, les représentations ont lieu cette année à la salle Albert-Rousseau les 16 décembre à 14h30 et 18 décembre à 19h30). «Noël, j'insiste beaucoup là-dessus parce que c'est un moment privilégié, dit-elle, un moment où on dirait que tout le monde s'aime. C'est une façon de croire au père Noël. Moi, j'y crois encore!»

V'là l'Bon Vent de lancer Le peuple chante Noël, un album de cantiques traditionnels captés en partie en spectacle au cours des trois dernières années, en partie à l'église des Saints-Martyrs-Canadiens. Une façon de redonner aux gens les chants qu'ils sont en train d'oublier. À peu près 1500 enfants ont participé à l'enregistrement.

Forcément, Diane Lapierre travaille beaucoup auprès des jeunes. Ce sont eux qui représentent l'avenir. Sous son impulsion, une troupe-école a vu le jour en 1999. «Un arbre peut perdre ses feuilles, mais s'il ne veut pas mourir, il doit garder ses racines. Si on perd nos racines, on perd la vie, on perd notre identité. Ce que je donne aux enfants en bas âge, ils ne l'oublieront jamais.»

Avec les années, V'là l'Bon Vent est devenue une troupe intergénérationnelle. Ses membres ont de 4 à 70 ans. Il y a des enfants, des ados, de jeunes adultes, des parents, des grands-parents. Les plus vieux se sont adaptés à cette nouvelle réalité. «Aujourd'hui, ils ne se passeraient plus des enfants, c'est trop merveilleux de les avoir.»

Si on compte ses 10 années comme choriste, cela fait 50 ans que la troupe est entrée dans la vie de Diane Lapierre. Ce qui lui donne le goût de continuer année après année? «Je ne peux pas perdre la passion, j'ai toujours vécu de projet en projet. Je suis assez inventive pour en trouver de nouveaux.»

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer