Endoceutics, un projet majeur pour L'Ancienne-Lorette

Endoceutics, le projet de société pharmaceutique du Dr... (Photothèque Le Soleil, Yan Doublet)

Agrandir

Endoceutics, le projet de société pharmaceutique du Dr Fernand Labrie qui s'installera à L'Ancienne-Lorette, pourrait éventuellement embaucher 1000 travailleurs en plus de devenir le plus important compte de taxes de la municipalité.

Photothèque Le Soleil, Yan Doublet

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
<p>Ian Bussières</p>

(Québec) Le projet de la société pharmaceutique Endoceutics du Dr Fernand Labrie, à L'Ancienne-Lorette, pourrait éventuellement embaucher 1000 travailleurs en plus de devenir le plus important compte de taxes de la municipalité.

«C'est un projet en plusieurs phases et ça va débuter avec de 100 à 125 travailleurs, mais à terme, j'ai déjà entendu le chiffre de 1000...», a laissé tomber le maire Émile Loranger mercredi, quelques minutes après que son conseil ait approuvé le projet à l'unanimité.

La première phase de construction commencera d'ici le 21 décembre 2018 pour se conclure au plus tard le 31 décembre 2019. L'usine prendra place sur un ancien dépôt à neige de 1200 000 pieds carrés situé derrière le magasin Canadian Tire.

«C'est le dernier gros terrain que nous possédions. Il est en voie d'être vendu pour 7 millions $, soit sa valeur marchande. Avec un projet évalué entre 50 et 80 millions $, ce sera assurément notre plus gros compte de taxes et il représentera 10 % de notre budget de proximité», a expliqué le maire Loranger.

Le produit vedette d'Endoceutics, Intrarosa, a obtenu il y a moins d'un an le feu vert pour sa commercialisation aux États-Unis. Souvent appelé «Viagra féminin», il traite la dyspareunie, un symptôme de l'atrophie vaginale liée à la ménopause. 

Le produit est déjà fabriqué dans deux usines, l'une aux États-Unis et l'autre au Mexique, et une autre usine, située à Mont-Saint-Hilaire, s'ajoutera au début de 2018. L'usine de L'Ancienne-Lorette serait toutefois l'usine principale du groupe. 

La première phase permettra de construire des bâtiments d'une superficie brute de planchers de 1200 mètres carrés et la deuxième y ajoutera 15 000 mètres carrés, dont 5000 dédiés à la recherche. La troisième, la plus importante, ajoutera 85 000 mètres carrés au complexe et les 10 600 mètres carrés de la quatrième phase compléteront le projet. 

Dérogations par le conseil municipal

Le conseil municipal a toutefois dû accepter quelques dérogations à la réglementation municipale pour permettre au projet de se réaliser. L'usage pour l'industrie pharmaceutique n'était en effet pas autorisé dans ce secteur et on a aussi permis au promoteur de construire sur cinq étages alors que la limite était fixée à deux. 

Le règlement ne permettait aussi qu'une seule enseigne au mur du bâtiment et une enseigne détachée, mais le projet d'Endoceutics pourra finalement en installer jusqu'à quatre sur son bâtiment principal en plus de deux enseignes détachées, vu l'ampleur du projet. 

Le conseil municipal a aussi accepté que lorsque les quatre phases du projet seront complétées, le coefficient d'occupation du sol minimum soit de 0,2 alors que le règlement de zonage fixe plutôt le minimum à 0,25.




publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer