Grand Feux: une «bombe» de 25 cm pour une finale éblouissante

Installée sur une barge, au quai 25 du... (Le Soleil, Caroline Grégoire)

Agrandir

Installée sur une barge, au quai 25 du port de Québec, la «bombe» est à manipuler avec soin.

Le Soleil, Caroline Grégoire

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) La dernière pièce pyrotechnique lancée mercredi soir, en finale de la quatrième soirée des Grands Feux Loto-Québec, en sera une imposante. Une «bombe» de 25 cm de circonférence, aux effets stroboscopiques, qui promet d'éblouir les spectateurs rassemblés sur les rives. Et comme c'est toujours le cas chez Royal Pyrotechnie, la compagnie responsable du spectacle, elle s'envolera avec les signatures des huit membres de l'équipe technique.

Pour le chef artificier Charles-Antoine Godue-Faucher, même s'il s'agit d'une superstition, mieux vaut mettre toutes les chances de son côté pour faire de l'événement une réussite sur toute la ligne. Et tant qu'à y être, la signature du journaliste et de la photographe du Soleil ne peut pas nuire, allez, voici le crayon...

La «bombe» s'envolera avec les signatures des huit... (Le Soleil, Caroline Grégoire) - image 2.0

Agrandir

La «bombe» s'envolera avec les signatures des huit membres de l'équipe technique.

Le Soleil, Caroline Grégoire

Les Grand feux de mercredi compteront quelque 2500... (Le Soleil, Caroline Grégoire) - image 2.1

Agrandir

Les Grand feux de mercredi compteront quelque 2500 effets pyrotechniques qui éclateront dans le ciel pendant une vingtaine de minutes.

Le Soleil, Caroline Grégoire

Installée sur une barge, au quai 25 du port de Québec, l'équipe de la firme installée à Saint-Pie, en Montérégie, s'affairait mardi à fignoler les mille et un détails pour la présentation de la soirée pyrotechnique. À travers les tubes, les fils, les barils et les sacs de sable, Marc-Olivier Tardif, Mathieu Poulin et leurs compagnons artificiers voyaient à ce que tout soit rodé au quart de tour.

Avec, comme point d'orgue, le lancement de la «bombe» qui éclatera à plus de 300m de hauteur, depuis la barge installée au milieu du Saint-Laurent et retenue par deux remorqueurs. Il s'agira de la plus grosse pièce pyrotechnique à être utilisée cette année dans un spectacle à Québec. Le plus gros calibre autorisé au Canada est de 30 cm.

En vacances

À 36 ans, Charles-Antoine Godue-Faucher en est à sa première saison comme chef artificier lors de grands spectacles pyrotechniques. L'ex-pompier, aujourd'hui policier à l'Unité des crimes majeurs de la Sûreté du Québec à Montréal, voue une véritable passion pour les feux d'artifice depuis qu'il a suivi une formation il y a dix ans, lui qui est également un mordu d'électronique et d'électricité.

«Je prends des vacances pour être à Québec, mentionne-t-il. Je ne viens pas pour le salaire, j'appelle plus ça un dédommagement qu'un salaire. Tous les gars sont ici par passion. Il y en a qui travaillent dans la construction.»

En une saison, le policier participe à la conception d'une trentaine de spectacles au Québec et en Ontario.

Plus belle récompense

Un spectacle pyrotechnique se prépare longtemps en amont. Une trentaine d'heures est nécessaire pour la conception des feux et l'agencement avec la trame sonore. Tout se fait à l'usine de Saint-Pie. Trois jours sont ensuite nécessaires pour le montage sur place.

Les Grands Feux Loto Québec ont ceci de particulier cette année que chaque spectacle est jumelé à un style musical. Après le disco, la musique traditionnelle et le country, le hip-hop sera à l'honneur mercredi, la danse sociale samedi et la danse latino le 23 août. Ces trois dernières soirées sont organisées par Royal Pyrotechnie.

Contrairement au spectacle de samedi, qui a eu lieu en partie sous la flotte, celui de mercredi devrait se dérouler sous de meilleurs auspices météorologiques. Au grand bonheur du chef artificier. «Sous la pluie, les effets sont amoindris. Mais le pire, c'est l'absence de vent. Toute la fumée reste sur place.»

Sur le coup de 22h, mercredi, le chef artificier et ses collaborateurs, cachés dans leur bunker installé sur la barge, toucheront du bois afin que les quelque 2500 effets pyrotechniques prévus soient impeccables pendant une vingtaine de minutes. Dont cet autre bombe qu'on promet du plus bel effet, la «breaking glass» qui se rapproche d'«une pluie de morceaux de vitre en feu».

«La plus belle récompense, c'est d'entendre à la fin les cris du public et les klaxons des bateaux», termine Charles-Antoine Godue-Faucher.




publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer