Reconnecter avec la Nouvelle-France

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
<p>Fanny Lévesque</p>

(Québec) En fin de journée mercredi, il ne fallait pas marcher bien longtemps dans le Vieux-Québec avant de repérer parmi les passants, une robe d'époque ou un tricorne. Nul doute que les Fêtes de la Nouvelle-France s'en venaient.

Tout ce beau monde convergeait vers Grande-Allée qui allait devenir le théâtre du défilé d'ouverture de la 21e présentation de l'événement. Dans le jardin Jeanne-d'Arc, qui faisait office de coulisses, le sourire sur les lèvres des participants en disait long. «Ça nous oblige à relire notre histoire», a lancé un résident de Québec, incarnant Samuel de Champlain. 

Et c'est l'objectif de la fête, assure la directrice générale, Mélanie Raymond. «Le coeur des Fêtes, c'est le volet historique. On veut reconnecter les gens avec leur histoire», a-t-elle assuré. «Cette année, la trame de fond, c'est les modes de vie en Nouvelle-France. Donc, découvrir les métiers, l'hygiène et l'alimentation». 

Les activités, qui se déploient jusqu'au 13 août, permettront entre autres de déboulonner certains mythes entretenus sur les moeurs de l'Amérique des 17e et 18e siècles. Sur le coup de 19h, des centaines de personnages d'antan, accompagnés de quelques géants et des navires de 40 pieds, portés par les marcheurs, ont animé Grande-Allée. 

Des curieux, amateurs et touristes regardaient d'un oeil attentif le spectacle. Cellulaires ou caméras à la main, tout le monde cherchait à immortaliser le moment. Ceux qui cassaient la croûte sur les terrasses se laissaient aussi séduire. Les coups de feu tirés par les soldats d'époque créaient la surprise, s'en suivait applaudissements et... pleurs de bébés! 

Cette année, l'organisation mise sur une série de nouvelles activités où les gens pourront davantage s'impliquer et participer. «C'est un choix qu'on a fait, de passer d'un volet un peu plus contemplatif à un volet plus interactif», souligne Mme Raymond. Entre autres, ceux qui le souhaitent pourront bâtir «un bâton de la parole» avec les Hurons-Wendats. 

Une série d'activités, de conférences et de spectacles sont prévus jusqu'à dimanche. Il est nécessaire d'avoir son «médaillon», en vente au coût de 12 $, pour entrer à Place de Paris, Batterie Royale et au Parc de la Cetière. Tous les autres secteurs et sites sont gratuits, et l'accès est gratuit partout pour les 12 ans et moins. Pour tout savoir des Fêtes qui battront leur plein dans le petit Champlain, cliquez ici.




À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer