David Lemelin hésite à appuyer Démocratie Québec

L'ex-chef de Démocratie Québec, David Lemelin, n'est pas... (Photothèque Le Soleil, Yan Doublet)

Agrandir

L'ex-chef de Démocratie Québec, David Lemelin, n'est pas tendre envers la chef actuelle, Anne Guérette, à qui il reproche son incapacité à rassembler.

Photothèque Le Soleil, Yan Doublet

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) L'ex-candidat à la mairie de Québec David Lemelin hésite à appuyer Démocratie Québec, son ancienne formation politique, en vue des élections municipales de novembre. Il dit attendre de lire le programme électoral avant de se prononcer.

M. Lemelin a signé dans Le Soleil de lundi une lettre d'opinion où il critique vertement le nouveau parti politique Québec 21, sans jamais le nommer. «Promettre d'ajouter des voies pour régler les problèmes de circulation n'est pas une bonne idée. Scientifiquement parlant, c'est du délire», écrit-il.

Nous l'avons contacté pour savoir s'il sortait de l'ombre pour jouer un rôle dans la prochaine campagne électorale, quatre ans après avoir mené la charge contre Régis Labeaume et récolté 24 % du vote populaire. 

M. Lemelin, qui est maintenant directeur des communications de la Ville de Rivière-du-Loup, assure que non, il ne sera pas politiquement actif. Il prédit toutefois qu'il ne sera «pas capable de [se] taire jusqu'à la fin». Notamment en raison de ce qu'il appelle la «troisième voie politique» proposée par Québec 21, qu'il associe à un «courant trumpien». 

De là à dire qu'il appuie Démocratie Québec, qui a désormais à sa tête la conseillère municipale Anne Guérette, il y a un pas que l'ancien leader ne franchit pas. «Je ne me mêle pas vraiment de ça. Je ne veux pas dire je prends position ou je ne prends pas position, ça m'appartient rendu là», dit-il, conscient que sa réserve est remarquée. 

Lutte «très difficile»

L'ex-chef demande du temps, soucieux de passer au travers du programme du parti qu'il a contribué à créer et dont il dit encore que «c'est [sa] gang». «Je suis un lecteur sérieux et averti donc je lirai ce que j'ai à lire et je me prononcerai à ce moment-là.»

M. Lemelin admet que la lutte au maire en poste sera encore «très, très difficile». Il n'est pas tendre envers Anne Guérette, élue officiellement chef de DQ en décembre. «Ce qui ressort, c'est son incapacité à rassembler. Perdre (Paul) Shoiry, (Yvon) Bussières, Isabelle Vaillancourt (chef de cabinet) ... Ça fait mal à une formation quand tu perds des gens qui sont des piliers. Je me demande comment ils vont faire pour être capables de donner une image très positive», commente-t-il. 

L'ex-candidat à la mairie est néanmoins convaincu qu'il y a des «candidats de valeur» chez Démocratie Québec. Il a notamment des bons mots pour Mbaï-Hadji Mbaïrewaye qui se présente dans Saint-Roch-Saint-Sauveur. 

Quant à Mme Guérette, David Lemelin espère qu'elle va mettre de l'avant un grand projet de transport en commun - elle propose un tramway entre l'Université Laval et la colline parlementaire - et laisser à d'autres les promesses d'ajouter des voies de circulation et de construire un troisième lien routier Québec-Lévis. 

Le «grappillage» serait selon lui «une erreur stratégique». «Le devoir de cohérence m'apparaît beaucoup plus grand que les intentions de vote. Quand on a l'air de pas savoir ce qu'on veut, les électeurs ne savent pas ce qu'on veut et ils ne votent pas pour nous», soutient-il.




À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer