Le Cyclorama à vendre

Le prix demandé pour le Cyclorama de Jérusalem... (Photothèque Le Soleil)

Agrandir

Le prix demandé pour le Cyclorama de Jérusalem est de 5 millions $, et celui-ci inclut l'immense peinture que le bâtiment abrite.

Photothèque Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Les plus de 120 ans d'histoire du Cyclorama de Jérusalem tirent à leur fin. Faute de relève, les propriétaires de l'institution de la Côte-de-Beaupré tentent de vendre le bâtiment et l'immense peinture panoramique qu'il abrite au coût de 5 millions $.

Le montant peut paraître exorbitant, mais il n'a rien à voir le terrain sur lequel le Cyclorama se trouve, le long du boulevard Sainte-Anne, aux abords de la basilique Sainte-Anne-de-Beaupré. Il ne s'agit pas non plus du bâtiment en tant que tel, dont la valeur n'a même pas été estimée, avoue l'agent immobilier responsable de la vente, Martin Dostie. 

Tout est dans la toile de 110 m de longueur et 14 m de hauteur occupant les murs du Cyclorama. Achevée par l'artiste allemand Herr Bruno Piglhein en 1882, elle est l'une des plus grandes toiles panoramiques du monde et sera vendue comme un tout avec le bâtiment et le terrain. «La toile a été évaluée à 10 millions $ par des professionnels. On a mis ça à 5 millions $ pour que ça se vende», explique M. Dostie. 

Selon ce dernier, la famille Blouin, propriétaire du Cyclorama depuis plusieurs générations, ne trouve plus de relève pour que l'institution conserve sa vocation. C'est pourquoi elle s'est tournée vers la compagnie immobilière internationale Sotheby's pour la vente. On s'attend à ce que le Cyclorama soit acheté par quelqu'un qui déménagera la toile ailleurs dans le monde. 

«Un peu dommage»

«On trouve tous ça un peu dommage que ça risque de quitter le Québec, mais en même temps, le culte n'est plus ce qu'il était, ici», pointe Martin Dostie.

Le Cyclorama ne fermera pas nécessairement ses portes prochainement, précise l'agent immobilier. «C'est sûr que mon but est de vendre le plus rapidement possible, mais on s'est donné quelques années, considérant l'état du marché présentement.»

Peinte à Munich par Piglhein et une équipe de peintres spécialistes du panoramique, ladite toile illustre la ville de Jérusalem et les environs le jour de la mort de Jésus. Après avoir été exposée dans différentes villes d'Europe et à Montréal, elle s'est trouvé un nid permanent à Sainte-Anne-de-Beaupré, en 1895.




À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer