Le RDV 2017 lève l'ancre

  • Le Chilien <em>TS Esmeralda</em> (Le Soleil, Pascal Ratthé)

    Plein écran

    Le Chilien TS Esmeralda

    Le Soleil, Pascal Ratthé

  • 1 / 16
  • L'Espagnol <em>El Galeon</em> (Le Soleil, Pascal Ratthé)

    Plein écran

    L'Espagnol El Galeon

    Le Soleil, Pascal Ratthé

  • 2 / 16
  • Des adieux romantiques au port de Québec... (Le Soleil, Caroline Grégoire)

    Plein écran

    Des adieux romantiques au port de Québec...

    Le Soleil, Caroline Grégoire

  • 3 / 16
  • Le Néerlandais <em>Oosterschelde</em> (Le Soleil, Caroline Grégoire)

    Plein écran

    Le Néerlandais Oosterschelde

    Le Soleil, Caroline Grégoire

  • 4 / 16
  • Le Canadien <em>Fair Jeanne</em> (Le Soleil, Pascal Ratthé)

    Plein écran

    Le Canadien Fair Jeanne

    Le Soleil, Pascal Ratthé

  • 5 / 16
  • Le Canadien St. Lawrence II (devant) et le Vanouatais <em>Atyla</em> (Le Soleil, Pascal Ratthé)

    Plein écran

    Le Canadien St. Lawrence II (devant) et le Vanouatais Atyla

    Le Soleil, Pascal Ratthé

  • 6 / 16
  • Et la foule, nombreuse... (Le Soleil, Caroline Grégoire)

    Plein écran

    Et la foule, nombreuse...

    Le Soleil, Caroline Grégoire

  • 7 / 16
  • ... jusqu'à l'île d'Orléans (Le Soleil, Pascal Ratthé)

    Plein écran

    ... jusqu'à l'île d'Orléans

    Le Soleil, Pascal Ratthé

  • 8 / 16
  • L'Équatorien <em>Guayas</em> (Le Soleil, Caroline Grégoire)

    Plein écran

    L'Équatorien Guayas

    Le Soleil, Caroline Grégoire

  • 9 / 16
  • L'Anglais <em>Picton Castle</em> (Le Soleil, Caroline Grégoire)

    Plein écran

    L'Anglais Picton Castle

    Le Soleil, Caroline Grégoire

  • 10 / 16
  • Des marins se préparant à lever l'ancre. (Le Soleil, Caroline Grégoire)

    Plein écran

    Des marins se préparant à lever l'ancre.

    Le Soleil, Caroline Grégoire

  • 11 / 16
  • L'Allemand <em>Alexander von Humbolt II</em> (Le Soleil, Caroline Grégoire)

    Plein écran

    L'Allemand Alexander von Humbolt II

    Le Soleil, Caroline Grégoire

  • 12 / 16
  • Le Canadien <em>Fair Jeanne</em> (Le Soleil, Pascal Ratthé)

    Plein écran

    Le Canadien Fair Jeanne

    Le Soleil, Pascal Ratthé

  • 13 / 16
  • . (Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve)

    Plein écran

    .

    Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve

  • 14 / 16
  • . (Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve)

    Plein écran

    .

    Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve

  • 15 / 16
  • . (Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve)

    Plein écran

    .

    Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve

  • 16 / 16

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Toutes voiles dehors, les géants des mers ont fait leur au revoir à Québec dimanche matin, défilant le long du fleuve Saint-Laurent et offrant un magnifique spectacle aux dizaines de milliers de curieux qui se sont rassemblés sur les rives dès l'aube.

Les premiers bateaux ont levé l'ancre vers 4h30 en direction des ponts afin de prendre position pour la parade. Les plus matinaux ou encore les oiseaux de nuit n'ayant pas encore rejoint leurs oreillers ont été les premiers à les voir passer sur le fleuve.

Mais ce n'est que vers 7h45 que le spectacle a réellement débuté lorsque les plus petites embarcations en ont mis plein la vue en déployant leurs voiles, et ce, bien que le vent n'était pas de la partie, contrairement au soleil éclatant. D'ailleurs, du bassin Brown, les nombreux spectateurs s'exclamaient devant la beauté des voiliers, et tous soulignaient le temps magnifique qui était de la partie.

Comme plusieurs, Serge et Nicole avaient amené leur chaise pliante et leur café pour être aux premières loges du départ. «Nous sommes venus plusieurs fois les visiter cette semaine. Nous ne voulions pas manquer ça! Chaque fois qu'il y a un bateau en ville, nous y allons», ont-ils raconté au Soleil, se disant ravis de l'expérience. «Évidemment, on attend les plus gros», a ajouté Nicole, alors que justement, «les plus gros» commençaient à parader.

Comme toute la semaine, le célèbre navire de la série de films Pirate des Caraïbes, le El Galeon, a volé la vedette lorsqu'il s'est pointé à la hauteur des curieux massés sur le boulevard Champlain. Ce dernier n'avait cependant sorti que ses voiles à l'avant. Un connaisseur, Marcel Jamet, a expliqué au Soleil que c'était parce que ses voiles étaient carrées et donc, c'était beaucoup plus compliqué pour son équipage de les déployer avec si peu de vent.

Un souvenir de 1984

Nathalie et Daniel aussi étaient bien installés avec leurs enfants alors que le petit groupe a déjeuné au bord de l'eau. «On voit qu'ils ont fait un effort pour sortir leurs voiles, elles sont bombées dans l'autre sens», a commenté Nathalie, qui a énormément apprécié cette attention de la part des embarcations et celle de Dame Nature, qui a offert une matinée exceptionnelle. 

Âgée de 55 ans, elle vendait des albums souvenirs en 1984 lors du précédent passage des grands voiliers. «J'ai l'impression que c'était plus concentré comme événement cette fois-ci [en nombre de jours]», fait-elle remarquer au sujet de cette amélioration positive.

Par contre, elle se souvient qu'à 21 ans, elle a été plus impressionnée par la parade de départ. Elle évoque un défilé un peu moins espacé, des matelots dans les mâts et cordages et même des chants. Lucie, qui habite sur la rue Champlain et qui est native du secteur, avait le même commentaire. «C'était plus groupé en 1984. Ils sont très éloignés les uns des autres aujourd'hui.» Néanmoins, elle félicite l'organisation pour l'édition 2017. «C'était un grand succès, il y avait beaucoup de monde sur les quais», a-t-elle tenue à préciser.

Parlant de jeux de comparaison, Le Soleil a aussi comparé les différents points de vue d'où il était possible d'observer la parade. Bien que plus éloignées, les milliers de personnes agglutinées sur la terrasse Dufferin, dans ses escaliers et le long des fortifications ont bien choisi. La vue plongeante offrait une perspective intéressante. Les «chanceux» à bord du Louis-Jolliet ont aussi eu un regard unique sur les géants à voile. Le populaire bateau de croisière affichait complet en atteignant sa capacité maximale de 1000 passagers.

Les quais populaires

Vers 9h, le spectacle tirait à sa fin, alors que les voiliers s'éloignaient déjà de Québec pour se diriger vers Halifax, où ils accosteront quelques jours avant d'entamer la dernière étape de la course, qui se terminera au Havre, en France, à la fin août.

Dimanche marquait la fin de quatre jours intenses d'activités dans le port de Québec, dont le coup d'envoi a été donné en grande pompe mercredi matin par le premier ministre Justin Trudeau. Une imposante foule a pris d'assaut les quais alors que toute la semaine, et particulièrement samedi, les files d'attente étaient imposantes pour visiter l'un ou l'autre des 38 grands voiliers accostés.

Rendez-vous 2017 était l'un des événements phares des célébrations du 150e anniversaire du Canada, et était orchestré par la filiale du Festival d'été de Québec, 3E, Rendez-vous naval et Patrimoine Canada qui a financé en grande partie la fête. Le cabotage au Canada et les arrêts dans une trentaine de villes canadiennes constituaient une importante parenthèse dans la course transatlantique de Sail Training International d'une durée de cinq mois. Avec Jean-François Néron




À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer