Les fortifications de Québec assiégées par les marteaux-piqueurs

La restauration nécessaire et coûteuse des remparts construits... (Le Soleil, Patrice Laroche)

Agrandir

La restauration nécessaire et coûteuse des remparts construits entre les XVIIe et XIXe siècles doit être réalisée chaque demi-siècle environ. La dernière remonte aux années 1980.

Le Soleil, Patrice Laroche

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Pour les amoureux du patrimoine, la vision est cauchemardesque: depuis fin avril, des marteaux-piqueurs s'attaquent sans relâche aux fortifications dans le secteur de la porte Saint-Louis. Malgré les outils impressionnants, le délicat travail de restauration s'effectue avec minutie afin de redonner à la structure défensive de Québec sa mine d'antan.

Cette cure de jouvence nécessaire et coûteuse sur les remparts construits entre les XVIIe et XIXe siècles doit être réalisée chaque demi-siècle environ. La dernière remonte aux années 1980 tandis que la précédente cinquante ans plus tôt. Celle en cours a été annoncée fin 2014 par le gouvernement de Stephen Harper. Celui-ci a injecté 30 millions $ pour les précieuses pierres de Québec qui lui valent son statut de patrimoine mondial de l'UNESCO. 

Leur gardien, Parcs Canada, ne s'attaque évidemment pas aux 4,6 kilomètres de fortifications d'un seul coup. Des secteurs sont ciblés et plusieurs chantiers sont menés de front. Cet été, en plus de celui du bastion Saint-Louis, les travailleurs s'affairent à embellir la citadelle, la casemate 26 et une partie de la porte Saint-Jean. Les travaux ne sont pas de la même ampleur partout. 

Au fil du temps, les pierres peuvent s'être désolidarisées ou même avoir été poussées à l'extérieur du mur. Et celui-ci peut aussi parfois présenter une inclinaison inquiétante. Le coupable? «C'est l'action de l'eau, le gel et le dégel qui abîment la structure même des fortifications, notamment le noyau», explique le gestionnaire des biens à Parcs Canada, Louis Michel qui a fait visiter le chantier au Soleil en compagnie de deux autres collègues. 

Casse-tête géant

À certains endroits, comme au bastion Saint-Louis situé dans le secteur de la Croix du Sacrifice, des pans de murs doivent être complètement démontés. Ce qui est appelé «le blocage», soit l'intérieur de l'épaisse structure, est souvent détérioré et ne joue plus son rôle de tenir le tout ensemble. Au lieu du mortier compact servant à tenir les pierres ensemble, c'est du sable qui s'échappe au simple toucher.

Pour les amoureux du patrimoine, la vision est... (Le Soleil, Patrice Laroche) - image 3.0

Agrandir

Le Soleil, Patrice Laroche

Le tout doit être corrigé et, une fois l'opération interne terminée, les pierres sont replacées au même endroit. Une tâche similaire à celle d'un casse-tête géant puisque chacune d'entre elles est numérotée après d'abord avoir été localisée sur un plan puis évaluée et catégorisée. Est-elle en bon état, endommagée, mais pouvant être réparée ou encore, irrécupérable? Lors de notre passage, des dizaines d'entre elles jonchent le sol, pêle-mêle. Le «bordel» est organisé, pas de quoi s'inquiéter, nous assure-t-on. 

Même si elles sont taillées à l'identique, les pierres nouvellement changées n'auront pas la même allure que leurs cousines nées deux siècles plus tôt. Ce problème d'apparence est pris au sérieux. Pour y remédier, on les «vieillira» volontairement en utilisant les techniques d'antan, explique Jo-Anick Proulx, gestionnaire des ressources culturelles chez Parcs Canada. Mais ces efforts humains ne seront pas suffisants à court terme puisqu'il n'y a que le temps et les éléments de la nature qui peuvent compléter l'oeuvre.

Les chantiers sont surveillés étroitement par des experts de l'agence gouvernementale, dont des archéologues, puisque des trésors peuvent se cacher dans les épais remparts. À défaut de protéger la ville comme ils l'étaient d'abord destinées, ceux-ci préservent désormais son âme. La tâche est toute aussi importante et nécessite une forme physique équivalente. Ce à quoi Parcs Canada veille sous l'oeil vigilant des habitants de Québec.




publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer