Saint-Augustin: tous les conseillers de l'ère Corriveau partiront

Denis Côté, Louis Potvin, Guy Marcotte, France Hamel... (Collaboration spéciale Ian Bussières)

Agrandir

Denis Côté, Louis Potvin, Guy Marcotte, France Hamel et Lise Lortie ne brigueront pas un nouveau mandat lors des prochaines élections municipales de Saint-Augustin.

Collaboration spéciale Ian Bussières

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
<p>Ian Bussières</p>

(Québec) Aucun des cinq conseillers de l'équipe de l'ex-maire Marcel Corriveau ne sollicitera un nouveau mandat aux prochaines élections municipales à Saint-Augustin-de-Desmaures. Affirmant ne pas vouloir siéger au sein d'une administration présidée par le maire Sylvain Juneau, ils ont décidé de «laisser le champ libre à la relève».

Élus sans interruption depuis 2005, souvent sans opposition ou avec plus de 70 % des voix, Louis Potvin, Guy Marcotte, Denis Côté et Lise Lortie ont annoncé en conférence de presse lundi qu'ils ne seraient pas candidats en novembre en même temps que leur collègue France Hamel, qui avait fait un retour en politique municipale en 2013 après une première expérience entre 1997 et 2001. Toujours majoritaires au conseil, ils sont les derniers représentants du défunt parti Horizon Saint-Augustin de Marcel Corriveau, qui a quitté la politique municipale en mars 2015, imité quelques mois plus tard par sa conseillère Marie-Julie Cossette.

Pas une démission

C'était un secret de polichinelle que les cinq n'étaient pas chauds à l'idée de poursuivre leur carrière. Louis Potvin avait déjà annoncé son départ depuis quelques semaines alors que France Hamel et Denis Côté l'avaient dit eux aussi après une séance du conseil cet automne avant de se raviser. «Ce n'est pas une démission, car on terminera notre mandat. On s'est fait tellement harceler pour démissionner par le maire actuel et par certains citoyens. Ce n'est pas dans notre philosophie de démissionner», a déclaré la conseillère Lise Lortie.

La conseillère France Hamel estime pour sa part que ses collègues et elle auraient eu des chances de gagner s'ils avaient décidé de tenter leur chance à nouveau. «Oui, on aurait eu des chances, n'en déplaise à ceux qui viennent régulièrement aux séances du conseil et qui ne représentent pas la population. On entend un autre son de cloche dans la population.»

Celle-ci ajoute que les cinq avaient soupesé plusieurs options, dont celle que l'un d'entre eux tente sa chance à la mairie, avant de décider de se retirer. «Moi, je pense qu'à mon âge, j'ai assez donné et j'aspire à autre chose. Je ne voulais pas rester comme conseillère et risquer d'avoir encore Sylvain Juneau comme maire [...] Et quand je regarde mes collègues qui sont là depuis 2005, je comprends qu'ils veuillent passer la rondelle à d'autres», affirme celle qui a aussi été députée libérale de La Peltrie de 2003 à 2007.

Juneau jubile

La bisbille s'était installée au conseil municipal de Saint-Augustin depuis l'élection de Sylvain Juneau à la mairie en juin 2015, l'ancienne administration et le nouveau maire n'ayant pas vraiment d'atomes crochus. Une partie de la population, en colère d'avoir vu le taux de taxation augmenter de plus de 30 % en trois ans en raison du lourd passif de plus de 100 millions $ de l'administration municipale, se rend aussi régulièrement aux assemblées du conseil pour houspiller les rescapés de l'ère Corriveau.

Rencontré peu après la conférence de presse des conseillers, Sylvain Juneau n'a d'ailleurs pas mâché ses mots pour exprimer sa satisfaction, qualifiant le départ annoncé d'excellente nouvelle. «Ça aurait dû arriver il y a un an et demi [...] Je leur avais dit : "Dégagez!"... Ça a juste été plus long», a déclaré celui qui continue de compter les «dodos» le séparant de la prochaine élection municipale. «Il en reste 140», laisse tomber le maire Juneau, qui n'a toutefois pas l'intention de former un parti politique ou une équipe, mais se réserve le droit d'appuyer certains candidats conseillers.

M. Juneau souhaite maintenant que les conseillers majoritaires laissent le prochain conseil municipal décider des grands enjeux de Saint-Augustin, notamment le dossier du Centre Jean-Marie-Roy. «Il ne faudrait pas que, d'ici leur départ, ils engagent la Municipalité dans de grandes dépenses dont elle ne pourrait pas se retirer. Il faudrait plutôt continuer de s'attaquer à la dette», conclut-il.




publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer