La Loi sur la capitale ne suffit pas, estime Blais

Le ministre François Blais dit avoir garanti au... (Photothèque Le Soleil, Pascal Ratthé)

Agrandir

Le ministre François Blais dit avoir garanti au maire Labeaume qu'une «clause Québec» serait ajoutée afin qu'il n'y ait plus d'événements qui échappent à la capitale.

Photothèque Le Soleil, Pascal Ratthé

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Il faut ajouter une «clause Québec» au processus décisionnel gouvernemental parce que la Loi sur la capitale n'empêche pas que des événements continuent à échapper à Québec, constate le ministre François Blais.

Le ministre responsable de la région de la Capitale-Nationale a reconnu que le Forum d'experts sur l'encadrement du cannabis au Québec, qui se tiendra lundi et mardi à Montréal, aurait dû se tenir à Québec, selon la loi adoptée fin 2016. 

«C'est sûr que cet événement, quand on regarde la loi, ça devrait se tenir à Québec», a indiqué M. Blais, vendredi. 

La Loi accordant le statut de capitale nationale prévoit que «le territoire de la ville constitue le lieu privilégié et prioritaire des grandes rencontres politiques et des négociations importantes, de toute nature, auxquelles prend part le gouvernement du Québec». 

Le ministre Blais refuse de lancer la pierre à sa collègue ministre déléguée à la Santé publique. «Je ne suis pas sur les personnes, a dit M. Blais. Les ministères sont gros, parfois ils travaillent en silo, ils reçoivent des mandats, organisent des événements..., énumère-t-il. [...] On se rend compte que la bonne volonté, ce n'est pas suffisant pour avoir des résultats.»

La clause à un endroit stratégique

Le ministre Blais veut insérer une clause Québec au bon endroit dans le processus décisionnel «au-dessus des ministères» pour empêcher que cela se reproduise. «J'en ai parlé au maire [Régis Labeaume], a dit le ministre. Je lui ai garanti qu'on allait apporter à un endroit stratégique la clause Québec pour faire en sorte qu'on ne puisse plus passer à côté.»

À deux reprises, récemment, M. Blais relate avoir empêché que des événements du genre se déroulent ailleurs qu'à Québec. «Ça ne peut pas toujours se faire de façon ad hoc, a insisté le ministre. Moi, je ne serai pas le chien de garde qui va toujours surveiller. Le maire non plus. Ça ne peut pas fonctionner comme ça.»

Le maire Labeaume a savonné la ministre du Travail, Dominique Vien, le mois dernier, en raison de la tenue d'une rencontre de négociation de l'industrie de la construction à Boucherville. 

Le Forum d'experts sur l'encadrement du cannabis se tiendra à Montréal parce que trop de frais avaient déjà été engagés, a expliqué le ministre. 

«On va laisser aller celui-là, a commenté de son côté le maire Régis Labeaume, vendredi. Mais on va s'assurer qu'il n'y en ait pas d'autres. Il faut qu'on embarque dans le processus gouvernemental. S'ils ne vont pas à Québec, ils devront se justifier.»  Avec Guillaume Piedboeuf




publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer