C'est parti pour la cuisine de rue

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Lancement réussi pour les camions-restaurants au domaine Maizerets, mercredi midi. Les clients sont venus par centaines leur souhaiter la bienvenue à Québec. À partir de jeudi, il faudra toutefois les visiter un par un sur des sites éparpillés dans la ville.

Les restaurateurs ont été les premiers surpris de la participation populaire en ce petit midi de semaine. Peu après les douze coups de l'horloge, il y avait des files devant les six camions-restaurants (Le Chic Shack, Les Recettes Paumées, Food Fighters 504, L'Express Gourmet, Côtes à Côtes, Sagamité), certaines pouvant compter jusqu'à une trentaine de personnes. Se trouvait aussi sur place la Bécane à bouffe, qui offre de la nourriture végétalienne, mais pas les Délices de la famille Cortina, dont le camion n'est pas encore prêt.

Dans la foule, plusieurs résidents du quartier Maizerets, des fonctionnaires du secteur D'Estimauville, des retraités, des cyclistes, des parents avec bébé dans la poussette.

La plupart des participants avaient fait le détour pour essayer la cuisine de rue, qui fait officiellement son entrée dans la capitale après des années de tiraillements. Le public en réclamait, mais la Ville de Québec et certains restaurateurs craignaient une concurrence déloyale pour les enseignes existantes.

Tirage au sort

Le projet pilote prévoit finalement que les camions-restaurants retenus - 7 permis ont été accordés sur les 15 disponibles - se garent à tour de rôle sur une douzaine de sites préapprouvés.

À l'issue d'un tirage au sort pour déterminer qui va où pour les huit prochaines semaines, dont les résultats ont été publiés mercredi, trois sites n'ont cependant pas trouvé preneurs. Il s'agit du parc de l'Anse-à-Cartier, dans Limoilou, du parc Dollard-des-Ormeaux, près du complexe militaire Saint-Malo, et du parc Étienne-Parent, en chantier dans Beauport.

À l'inverse, les plus populaires sont le parc Victoria, le domaine Maizerets, la base de plein air de Sainte-Foy et le parc Girardin à Beauport, qui seront couverts pratiquement tout l'été.

Jean Soulard, président du groupe de travail sur la cuisine de rue, ne s'en étonne pas. «Quand tu commences à prendre ton stylo, ce qui est le plus profitable, c'est vraiment tout ce qui est événementiel. (...) Dans leur cas, ils vont attendre la clientèle, c'est plus compliqué, c'est un peu comme un restaurant», a-t-il fait remarquer.

Chantal Gilbert, conseillère municipale membre du groupe de travail sur la cuisine de rue, a invité mercredi les citoyens à faire part de leurs commentaires pour améliorer le projet pilote. Des changements pourraient être apportés en cours de saison au besoin, a-t-elle spécifié.

Steeve Wadohandik Gros-Louis, propriétaire du Sagamité et du Saga mobile, installait mardi encore le lettrage et un canot sur son camion-restaurant flambant neuf. Il s'est dit «très fébrile» lors du lancement. «On a ouvert le Sagamité en 1999. Je me souviens la journée de l'ouverture et je me sens avec la même nervosité aujourd'hui. Il y a des choses qu'on va améliorer. Excusez l'anglicisme, mais il y a du fine tuning» à faire», a-t-il raconté.

Pour tous les goûts

Sur l'ardoise, inspiré du menu-terrasse du restaurant de Wendake, M. Gros-Louis offre des burritos de gibier, un hamburger de wapiti et de la poutine à la sauce de gibier. Pour 12 $ taxes incluses. C'est dans le haut de la braquette de prix. 

Dans les autres points de vente, des hamburgers et de la poutine aussi, dont les prix peuvent varier de quelques dollars, mais également des fish and chips, des pogos maison, des pilons de poulet et de canard, des tacos et des empanadas revisités.

S'il faut toujours payer comptant pour le moment, il n'est pas interdit de penser que les cartes de paiement seront acceptées lors des grands événements, comme le Festival d'été de Québec par exemple. Comme pour les taxes, incluses ou pas dans les prix, c'est à la discrétion des restaurateurs.

Les gourmands rencontrés sur place étaient heureux de faire des découvertes et se promettaient de récidiver pendant l'été. «Ç'a été long à prendre comme décision. J'espère que ça va faire boule de neige et qu'il y en aura partout en ville», a commenté Daniel Rioux, entre deux bouchées de «très bonne» poutine au porc effiloché.

Pierre Lépine, hamburger et chips maison dans les mains, était pour sa part charmé par la variété des menus. Sylvie Jobin était d'accord, avec un petit bémol toutefois : «Il y a beaucoup de friture.» Autre précision : comme il y aura un seul camion par site à partir de maintenant, il ne sera plus possible de comparer les offres.

L'horaire pour l'été est disponible à l'adresse ville.quebec.qc.ca/cuisinederue. Les restaurateurs développent également une application mobile pour suivre leurs camions. Elle devrait être prête dans les prochaines semaines.




publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer