Coureur décédé à Lévis: demandes répétées pour réduire la vitesse

Touchés par la mort d'un père de famille de... (Associated Press)

Agrandir

Touchés par la mort d'un père de famille de 35 ans happé mortellement par une voiture, les membres du conseil municipal de Lévis demandent au ministère des Transports la création d'un comité de travail conjoint pour régler le problème de visibilité entre les piétons ou les cyclistes et les automobilistes à l'intersection en question.

Associated Press

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) La Ville de Lévis demande au ministère des Transports de s'asseoir rapidement avec elle pour régler la question de la sécurité sur l'avenue Saint-Augustin, à Breakyville. Après des appels répétés pour abaisser la vitesse, un coureur y est décédé le 3 juin dernier.

Un père de famille de 35 ans a été happé mortellement par une voiture alors qu'il s'entraînait dans le secteur. L'homme courait sur la piste cyclable, mais c'est lorsqu'il a traversé la route où la limite de vitesse est de 70 km/h que l'accident est survenu.

Touchés par ce drame, les membres du conseil municipal demandent au ministère des Transports la création d'un comité de travail conjoint pour régler le problème de visibilité entre les piétons ou les cyclistes et les automobilistes à cette intersection. 

Au cours des derniers mois, la Ville avait reçu de nombreuses plaintes et interpellé le ministère, mais ses demandes sont restées lettre morte. Le 30 janvier dernier, le conseil municipal a demandé d'installer des panneaux d'arrêt à l'intersection de l'avenue Saint-Augustin et de l'avenue des Arbrisseaux. Le 23 mai dernier, soit quelques jours avant l'accident, le conseil municipal avait également demandé d'abaisser la vitesse de 70 km/h à 50 km/h sur une partie de l'avenue Saint-Augustin, justement pour sécuriser la piste cyclable. 

Le maire Gilles Lehouillier ne peut dire si une action plus rapide du ministère des Transports dans ce dossier aurait fait une différence. «Tout ce qu'on sait, c'est que nos résolutions étaient en attente [...], mais il y a une chose qui est sûre, c'est que si la vitesse est moins élevée, les risques diminuent», plaide-t-il. La limite de vitesse est d'ailleurs de 50 km/h dans les tronçons de l'avenue Saint-Augustin qui sont sous la juridiction de la Ville de Lévis. 

Le maire espère d'ailleurs que le projet de loi 122 sur l'autonomie municipale soit adopté au cours des prochains jours, parce qu'il donne le pouvoir aux villes de décréter les limites de vitesse sur leur territoire. 

Alors que la Ville de Lévis s'affaire à interconnecter toutes ses pistes cyclables, le maire Lehouillier souhaite partir de ce cas précis pour étendre la réflexion et identifier toutes les traverses et les jonctions qui pourraient être dangereuses. 

Citoyens inquiets

La vitesse des automobilistes a fait réagir un groupe de citoyens d'un autre secteur lundi soir au conseil municipal. Cinq résidants de la rue des Frênes, à Saint-Rédempteur, ont manifesté leur ras-le-bol aux membres du conseil municipal. «La vitesse est à 30 km/h, mais on dirait une autoroute!», s'est insurgé Damien Gentet, qui a averti les élus de ne pas attendre la mort d'un enfant pour agir. Une de ses voisines tente depuis 5 ans de sensibiliser la Ville au problème de cette rue, qui accueille une garderie et des jeunes familles, sans succès. C'est que cette rue en ligne droite sert de raccourci à de nombreux automobilistes coincés dans le trafic sur la route des Rivières. Les élus ont promis aux citoyens d'examiner le dossier, mais Réjean Lamontagne, le conseiller du secteur, a soutenu «que des solutions miracles, dans cette rue-là, il n'y en a pas».

Transport en commun: le plan de Lévis est prêt

Depuis son retrait du projet de Service rapide par bus (SRB), la Ville de Lévis a planché sur un plan B pour le transport en commun, qu'elle est maintenant prête à présenter au ministère des Transports. Le maire Gilles Lehouillier a souligné avant la séance du conseil municipal lundi qu'il rencontrera le ministre des Transports Laurent Lessard la semaine prochaine pour en discuter. S'il obtient son feu vert, le maire souhaite présenter l'option qu'il privilégie à la population avant le 24 juin. «On va arriver avec une autre plate-forme, beaucoup moins dispendieuse et qui devrait faire le travail.» Pour ce qui est de s'arrimer avec le mode de transport en commun qui sera choisi plus tard par Québec, le maire Lehouillier soutient qu'il y aura toujours «des possibilités», mais que pour le moment, «l'interconnexion, c'est le statu quo, on continue comme on est là».

La cuisine de rue au quai Paquet

Du 15 juin au 4 octobre, trois camions de cuisine de rue prendront d'assaut le quai Paquet. Après un essai concluant avec un camion l'an dernier, la Ville de Lévis a ouvert la porte cet été à trois restaurateurs lévisiens, qui se partageront l'espace. Il s'agit de la Casa du Smoked Meat de Saint-Rédempteur, de la Cuisine du Marché de Saint-Nicolas et de Chocolats favoris du Vieux-Lévis. La Ville avait aussi offert l'opportunité aux propriétaires de camions de cuisine de rue de s'installer au parc de l'Anse-Tibbits, mais ceux-ci craignaient un trop faible achalandage. «Il y a personne qui était intéressé», soutient le maire de Lévis Gilles Lehouillier.




publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer