Démocratie Québec revient avec le tramway

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Après avoir rejeté le service rapide par bus (SRB), Démocratie Québec propose un tramway d'une dizaine de kilomètres entre les pôles de Sainte-Foy et de la colline parlementaire au coût estimé de 500 millions $. La chef Anne Guérette a bien failli appuyer un troisième lien entre Québec et Lévis, mais elle a dû faire marche arrière en raison de l'inconfort de ses membres.

Le parti d'opposition à l'hôtel de ville de Québec était en congrès d'orientation dimanche à l'Université Laval. Une cinquantaine de membres ont discuté de 10 thèmes qui seront mis de l'avant dans l'espoir de gagner les élections municipales de novembre.

Le thème de la «mobilité urbaine intégrée» est celui qui a dominé les échanges et retenu l'attention médiatique. Tel que promis, la chef Anne Guérette a soumis un plan avec des mesures à court, moyen et long terme pour faciliter les déplacements dans la capitale. 

La proposition phare est la mise en place, à moyen terme, d'un «système de transport collectif électrique structurant, moderne, rapide, confortable et viable de type tramway».

Celui-ci circulerait sur l'un des axes est-ouest suivants : chemin Sainte-Foy, boulevard René-Lévesque ou Grande-Allée. La circulation automobile, des piétons et des vélos ainsi que le stationnement seraient ensuite «équilibrés» sur les trois artères.

Mme Guérette voudrait lancer les études de faisabilité dès le lendemain de l'élection à la mairie et croit possible de lancer le chantier en 2021 pour une mise en service dans un second mandat, donc d'ici 2025. Une deuxième phase pourrait viser le parcours Métrobus 801 reliant Charlesbourg au centre-ville. 

Démocratie Québec estime le coût d'un tramway en haute-ville à 50 millions $ du kilomètre, pour un total d'un demi-milliard $. C'est l'équivalent des coûts avancés dans l'étude de faisabilité du tramway/SRB dévoilée en 2015 par l'administration Labeaume. 

La chef de l'opposition est convaincue de pouvoir faire consensus avec sa proposition de tramway, qu'elle a rendue publique avant même son adoption officielle par les membres du parti. «Partout dans les villes du monde où on installe ce type [de transport], l'achalandage va au-delà de toutes les prévisions», a-t-elle fait remarquer. 

Appui dilué

À long terme, Démocratie Québec appuie également la poursuite des études sur un éventuel troisième lien interrives. 

La proposition initiale était beaucoup plus affirmative, tout comme Anne Guérette en conférence de presse. Sur l'heure du dîner, cette dernière s'est dite en faveur du développement d'un troisième lien et le situait à l'est de Québec et Lévis plutôt qu'à l'ouest comme le souhaite le maire Régis Labeaume. 

En après-midi, la contestation de plusieurs membres, dont celle du colistier Jean Rousseau, a d'abord fait disparaître toute référence à la localisation. Puis l'appui au projet est devenu un appui aux études entreprises par le bureau de projet tout juste mis sur pied par le ministère des Transports. Bref, c'est un «accord de principe» qui est donné au troisième lien, a résumé Mme Guérette. 

À noter que ce nouveau lien ne serait pas nécessairement routier. La proposition d'un téléphérique pour traverser le fleuve Saint-Laurent est revenue plusieurs fois dimanche.

À court terme, une série de mesures sont sur la table pour améliorer le transport collectif et actif. Il est notamment suggéré de bonifier les parcours rapides d'autobus nord-sud, de développer des «pôles d'échanges de transport multimodal» dans tous les secteurs de la ville, de promouvoir des horaires de travail variables et d'implanter une navette vers l'aéroport. 

Parmi les autres sujets abordés, mentionnons entre autres l'environnement, le développement urbain et la densification, le développement économique et les services aux citoyens. Plusieurs amendements ont été discutés au fil de la journée, au point où un thème, celui de la sécurité publique, restera à débattre à l'assemblée générale annuelle du 11 juin. 

La chef de l'opposition a terminé la journée avec une pointe au maire Labeaume. «La démocratie, c'est exigeant. C'est beaucoup plus facile de décider tout seul dans son bureau avec deux trois chums pis dire voici c'est quoi notre programme», a lancé Mme Guérette. Elle a également annoncé qu'une nouvelle cohorte de candidats sera présentée d'ici le 11 juin. Les sept premiers étaient sur place dimanche.




À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer