Saint-Jean-Baptiste: Fournier se réjouit du financement fédéral

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Loin de s'offusquer qu'Ottawa finance la Saint-Jean-Baptiste au Québec, le ministre libéral Jean-Marc Fournier croit au contraire qu'il s'agit d'une occasion d'unir les francophones et les anglophones.

Le Centre de la francophonie des Amériques a confirmé vendredi matin qu'il orchestrait le 24 juin pour la Fête nationale du Québec et celle de la Francophonie canadienne six spectacles dans six villes différentes sous le thème de la constellation. Celui de Québec aura lieu au Pigeonnier au lendemain du traditionnel concert sur les plaines d'Abraham. 

Présente à l'annonce, la ministre du Patrimoine canadien, Mélanie Joly, a divulgué la teneur du financement fédéral pour l'événement, soit 2,4 millions $, tout en précisant qu'il s'agissait de la première fois qu'Ottawa apportait une contribution financière pour la Saint-Jean-Baptiste au Québec contrairement aux autres provinces qui bénéficient depuis des années des deniers canadiens. 

«On veut s'assurer de soutenir la fête des Québécois, on veut soutenir la fête des francophones partout à travers le pays et on veut s'assurer que tous les Québécois et les Québécoises, peu importe leur allégeance politique, puissent fêter la fête nationale», a répondu Mme Joly lorsque questionnée sur l'idée que certains puissent voir d'un mauvais oeil cette contribution fédérale pour une fête souvent associée au mouvement indépendantiste. 

Occasion d'être plus inclusif

Le ministre responsable des Relations canadiennes et de la Francophonie canadienne, Jean-Marc Fournier, a quant à lui rejeté du revers de la main l'idée que certaines sensibilités puissent être heurtées de savoir qu'Ottawa finançait des activités de la Fête nationale du Québec. 

«Il faut bien comprendre que la Fête nationale prend racine dans la fête de la Saint-Jean-Baptiste qui antérieurement, avant que ce soit la Fête nationale du Québec, c'était la fête de la Francophonie canadienne», a expliqué le leader parlementaire libéral.

Selon lui, les anglophones se sentent davantage inclus dans les célébrations du 24 juin puisqu'il y a de plus en plus de spectacles organisés dans la langue de Shakespeare. «La force du Canada c'est de voir les deux langues cohabiter. Si nous regardons les 100 premières années de la confédération, il y avait des tensions entre les anglophones mais dans les 25 dernières, on a vu des changements au Québec, une ouverture», a exposé M. Fournier. 

«Pourquoi ne pas célébrer le fait que nous puissions être tous les deux présents à ces deux fêtes et pour ceux qui veulent s'y opposer, nous vivons dans une démocratie et ils peuvent le faire», a-t-il poursuivi. Selon lui, les célébrations du 24 juin à Québec et dans cinq autres villes représentent une belle occasion d'être plus inclusif. 

Une constellation et des portes

Les noms des quelque 400 artistes francophones qui performeront simultanément à Québec, Moncton/Dieppe, Ottawa, Toronto, Winnipeg et Whitehorse le 24 juin seront connus d'ici la mi-juin. L'événement, qui porte le nom de «Constellation francophone», sera diffusé en direct et fera l'objet de sept émissions de télévision. Des «portes numériques» seront aussi installées dans 12 villes les 23 et 24 juin et permettront à quiconque les ouvrira d'être en direct avec un citoyen d'une des autres villes participantes. 

Pour tous les détails: constellationfranco.ca




À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer