Lévis poursuit un propriétaire négligent

La Ville de Lévis poursuit en Cour supérieure... (Le Soleil, Pascal Ratthé)

Agrandir

La Ville de Lévis poursuit en Cour supérieure le propriétaire de cette maison située au 281, rue Saint-Joseph.

Le Soleil, Pascal Ratthé

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) La Ville de Lévis prend les grands moyens pour éviter que des résidences délabrées ne viennent faire de l'ombre au voisinage.

La Ville poursuit en cour supérieure le propriétaire de la maison située au 281, rue Saint-Joseph. Construite en 1920, cette résidence classée patrimoniale est située au coeur du Vieux-Lauzon, tout près de l'église, d'un petit marché et d'une école de musique. Son état pose problème à la Ville depuis trois ans.

«On offre un triste spectacle dans un secteur qui est le noyau institutionnel du Vieux-Lauzon. On en a assez», a martelé le maire de Lévis Gilles Lehouillier, en marge du conseil municipal lundi. 

Selon lui, le propriétaire laisse sa résidence dans un «état de délabrement». Quelques travaux de rénovation ont été entrepris, mais «on est face à un éternel chantier», juge le maire.

Le propriétaire aurait entrepris des travaux sans demander de permis de construction ou en ne respectant pas les permis délivrés. Il aurait également laissé des bennes remplies de déchets de construction devant la résidence pendant des mois. 

Robert Maranda, conseiller du secteur, déplore que cette maison patrimoniale ait été «dénaturée». «Il faut vraiment stopper l'hémorragie aujourd'hui, parce que ça continue à se détériorer», lance-t-il. 

Si la Ville gagne devant les tribunaux, elle pourra procéder elle-même aux travaux de rénovation et refiler la facture au propriétaire. 

Il n'a pas été possible pour Le Soleil de joindre le propriétaire lundi.

Quinzaine de cas

Faisant face à de nombreuses plaintes concernant des bâtiments mal entretenus, la Ville de Lévis a créé un comité interne il y a un an. Une quinzaine de maisons ont été ciblées et dans la plupart des cas, les propriétaires procèdent aux travaux demandés. 

«Si le citoyen est mal pris, on est prêts à comprendre la situation. Mais quand un citoyen est rendu qu'il ne respecte plus rien, il faut agir», soutient M. Lehouillier. 

Au printemps 2015, la Ville de Lévis avait obtenu le droit, en cour supérieure, de démolir le 25, rue Saint-Joseph, un édifice laissé à l'abandon. 

Le maire Lehouillier trouve toutefois que des recours devant les tribunaux sont très lourds et «extrêmement coûteux». Il demande au gouvernement, par l'entremise du projet de loi 122 qui est à l'étude, de donner plus de pouvoir aux villes afin qu'elles fassent respecter leurs règlements d'urbanisme.

Surplus de 7,8 M$ à Lévis

La Ville de Lévis a enregistré un surplus de 7,8 millions $ en 2016. La vigueur du marché immobilier et des économies dans la masse salariale et les provisions judiciaires ont permis d'arriver à ce résultat. La Ville se fait toutefois prudente et utilisera la majorité de cette somme pour renflouer ses réserves financières. Surtout celle du déneigement, qui a souffert de l'hiver rigoureux. La Ville de Lévis a aussi annoncé lundi qu'elle compte limiter à 50 millions $ par année ses emprunts à partir de 2022, question de faire baisser sa dette. Ses emprunts actuels sont d'environ 58 millions $ par année.




publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer