Le SPOT à l'heure de l'agriculture urbaine

Le coordonnateur général du SPOT, François Bail-L'Heureux (à... (Le Soleil, Erick Labbé)

Agrandir

Le coordonnateur général du SPOT, François Bail-L'Heureux (à gauche), en compagnie de deux autres membres du comité de direction, Roxanne Potvin et David Larouche. En arrière-plan, le site de l'Îlot des Palais qui accueillera la troisième édition de l'événement, du 16 juin au 26 août.

Le Soleil, Erick Labbé

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) C'est sur un terrain deux fois plus grand que l'an dernier, à l'Îlot des Palais, dans le Vieux-Québec, que le SPOT (Sympathique place ouverte à tous) lancera les activités de sa troisième édition, le 16 juin, sous le thème de l'agriculture urbaine.

«On invite les gens à venir cultiver et se cultiver», lance le coordonnateur général de l'événement, François Bail-L'Heureux, au sujet de cette place publique festive et éphémère née de l'imagination des étudiants de l'École d'architecture de l'Université Laval. Pendant 40 jours, l'endroit mariera le jardinage à des activités artistiques et ludiques gratuites, de 10h à 22h, du jeudi au dimanche.

La nature et la verdure seront en évidence dans les installations, explique le responsable, à commencer par le traditionnel resto-bar qui se déploiera sous une pergola végétalisée. Les visiteurs pourront relaxer à l'espace détente (avec des carrés de sable pour les enfants), visiter un «jardin tridimensionnel verdoyant» et se divertir devant une scène aux allures de «serre aérienne». La thématique sera complétée par des ateliers de jardinage, des conférences et un petit marché public.

Comme c'était le cas les deux dernières années, dans Saint-Sauveur et dans Saint-Roch, l'endroit offrira des prestations musicales, des soirées dansantes et d'improvisation.

Loin de la controverse

À l'origine, le comité de direction du SPOT avait choisi de s'implanter devant le centre culturel Frédérick-Back, rue de Salaberry, dans Montcalm, mais l'initiative avait donné lieu à une opposition citoyenne. Une pétition avait circulé dans le quartier, les signataires craignant que l'endroit donne lieu à des débordements. De guerre lasse, les étudiants avaient jeté la serviette et opté pour le site de l'Îlot des Palais.

«La controverse nous a fait reculer, admet François Bail-L'Heureux. L'opinion publique était plutôt défavorable. Nous n'avions pas le sentiment d'être accueillis à bras ouverts, alors nous avons décidé qu'il était plus simple de changer de place. À l'Îlot des Palais, il y a beaucoup de moins de résidents dans les environs et ils étaient plus favorables.» L'expérience du SPOT à cet endroit, poursuit-il, servira de «laboratoire» pour la Ville en vue d'un projet d'animation permanente.

Le comité de direction du SPOT a lancé une campagne de sociofinancement sur la plateforme Web La Ruche UL afin d'amasser 15 000 $ qui serviront à défrayer la facture de la programmation. La Ville de Québec participe au financement de l'événement, ainsi que le gouvernement du Québec et plusieurs firmes privées.

À l'heure actuelle, une trentaine d'étudiants planchent sur la conception de la nouvelle mouture du SPOT, appuyé par six firmes d'architecture de Québec. La construction débutera le 23 mai.




publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer