Les citoyens se mobilisent autour de la maison Béthanie

Si référendum il y a, il portera sur... (Photothèque Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve)

Agrandir

Si référendum il y a, il portera sur la modification de zonage appuyée par une majorité d'élus du conseil d'arrondissement, et qui donne le droit à M. Trudeau d'aménager 20 logements à l'intérieur de la maison Béthanie, rue Couillard, ancienne demeure des soeurs du Bon-Pasteur ayant été érigée en 1878.

Photothèque Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Les résidents du Quartier Latin du Vieux-Québec se sont mobilisés vendredi afin de changer le sort de la maison Béthanie. Ceux-ci pourront dès lundi exiger à la Ville un référendum sur le changement de zonage nécessaire à la réalisation du projet immobilier auquel ils s'opposent.

«Le sort de la maison Béthanie se décide le 12 mai.» C'est ainsi qu'un groupe de citoyens du Quartier latin avait titré sa lettre d'opinion publiée jeudi dans Le Soleil. On y mentionnait que 70 signatures de résidents du quartier étaient nécessaires «pour que les élus reconsidèrent» leur appui à la modification de zonage demandée par le promoteur du projet, Gilbert Trudeau.

La collecte des signatures a eu lieu vendredi, de 9h à 19h, et les résidents contestataires en sont ressortis avec un mandat fort. Pas moins de 140 signatures ont été récoltées, soit le double du nombre minimum nécessaire.

Louise Dussault, initiatrice du mouvement, s'est dite «très fière de cet exercice de démocratie» qui «devrait ouvrir la voie à un référendum».

Si référendum il y a, il portera sur la modification de zonage appuyée par une majorité d'élus du conseil d'arrondissement, et qui donne le droit à M. Trudeau d'aménager 20 logements à l'intérieur de la maison Béthanie, rue Couillard, ancienne demeure des soeurs du Bon-Pasteur ayant été érigée en 1878. Mentionnons que le règlement actuel permet l'aménagement d'un maximum de 12 logements, dont chacun doit comporter deux chambres ou plus, afin notamment d'attirer les familles.

Réplique de la Ville

Le changement de zonage exigé, «c'est tout pour ne pas attirer la clientèle recherchée pour revitaliser le Vieux-Québec», dénonçait au Soleil en mars le président du comité de citoyens, Jean Rousseau.

À l'inverse, la vice-présidente du comité exécutif de la Ville de Québec, Julie Lemieux, s'est dite «estomaquée» de l'opposition citoyenne dans une lettre ouverte publiée vendredi dans Le Soleil. «Des cellules de religieuses ne se transforment pas si facilement en grand appartement pour les familles lorsqu'on souhaite préserver leur cachet. Je suis choquée que des voisins de cet immeuble fassent déjà des procès d'intention au propriétaire en laissant sous-entendre qu'il pourrait louer les petits logements pour de l'hébergement illégal», dit-elle.

Si un référendum sur cette question est bel et bien déclenché, il pourrait s'agit de la dernière consultation citoyenne du genre au Québec. En effet, une mesure du projet de loi 122, déposé en décembre dernier à l'Assemblée nationale, prévoit l'abolition des référendums municipaux. Une mesure à laquelle le premier ministre Philippe Couillard donnait son appui pas plus tard que vendredi.




publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer