Le fleurdelisé reviendra «le plus vite possible» au MNBAQ

Le ministre de la Culture, Luc Fortin, a... (Le Soleil, Patrice Laroche)

Agrandir

Le ministre de la Culture, Luc Fortin, a annulé samedi la décision du MNBAQ de ne pas remplacer le drapeau du pavillon Gérard-Morisset, constamment endommagé par les intempéries.

Le Soleil, Patrice Laroche

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Le ministre de la Culture annule la décision du Musée national des beaux-arts du Québec: le fleurdelisé qui flotte sur le pavillon Gérard-Morisset, devant le grand ovale gazonné des Plaines, sera réinstallé «le plus vite possible».

Luc Fortin a appris, en lisant Le Soleil samedi matin, que le MNBAQ a retiré le drapeau qui avait été hissé lorsque l'institution est devenue société d'État en 1983. Et que le musée a décidé de ne pas le remplacer, de déboulonner le mât.

«C'est une décision qui avait été prise sans l'en aviser», note l'attaché de presse du ministre, Karl Filion. «Le fleurdelisé, symbole de notre fierté québécoise, y flotte depuis plusieurs décennies et ce n'est pas parce qu'il y a un nouveau drapeau devant le Pavillon Pierre Lassonde que le retrait du drapeau est justifié.»

Le ministre Fortin a donné mandat à son équipe d'appeler la direction du Musée. «Vu que la tradition fait que le drapeau était là depuis des dizaines d'années, le ministre a demandé qu'il soit réinstallé. [...] Il a donc immédiatement ordonné au MNBAQ de maintenir le mât en place et d'y installer un nouveau drapeau le plus rapidement possible.»

Dans notre édition de samedi, le MNBAQ expliquait que Dame Nature a eu raison de la détermination de l'établissement public à changer le fleurdelisé du pavillon Gérard-Morisset. «Abîmé par le temps et par le vent, il a été décroché en février dernier et il ne sera pas remplacé», indiquait au Soleil la responsable des relations de presse, Linda Tremblay.

Détérioration récurrente

«Cet emplacement est particulièrement exposé au vent, entraînant la détérioration rapide des drapeaux», poursuivait-elle. «Compte tenu de cette détérioration récurrente [remplacement quatre à cinq fois par année], compte tenu des conditions difficiles dans lesquelles s'effectuait le remplacement de ce drapeau et étant donné qu'un nouveau drapeau a été installé devant l'entrée principale du Musée sur la Grande Allée, il a été décidé de ne pas le remplacer à la suite du dernier bris.» Le mât devait être démonté incessamment.

Mme Tremblay faisait donc valoir qu'un fleurdelisé a été planté devant le nouveau pavillon Pierre Lassonde. Et qu'un autre est au garde-à-vous face au pavillon central, la pyramide de verre du rond-point de l'avenue Wolfe-Montcalm. Voilà qui respectait les règles sur le pavoisement édictées par la Loi sur le drapeau et les emblèmes du Québec ainsi que le Règlement sur le drapeau du Québec.

Ce n'est pas suffisant pour légitimer le retrait du grand drapeau qui flottait sur le toit depuis plus de 30 ans, tranche Karl Filion, du cabinet du ministre. «Il s'agit de le changer lorsque nécessaire.»

«On est entré en contact avec le musée aujourd'hui [samedi]. Ils vont s'occuper de faire le nécessaire.»




À lire aussi

  • La fin du drapeau sur le MNBAQ

    Expositions

    La fin du drapeau sur le MNBAQ

    Le Musée national des beaux-arts du Québec est né officiellement en 1983 quand il est devenu société d'État. Depuis, le fleurdelisé flotte bien haut... »

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer