Québec 21 veut rejoindre les «orphelins politiques»

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Jean-François Gosselin a appuyé Régis Labeaume en 2007, en 2009 et 2013. Mais quelque chose s'est brisé ces dernières années. Il y a eu un «virage» du maire dans lequel l'ex-député ne se reconnaissait plus. Et celui qui se lance dans la course contre Régis Labeaume se dit convaincu que beaucoup de citoyens de Québec devenus «orphelins politiques» pensent comme lui.

Pourquoi avoir été «déçu» par le maire au point de vouloir aujourd'hui prendre sa place? Jean-François Gosselin, qui a officiellement lancé jeudi son parti Québec 21, évoque un mélange «d'arrogance», «d'usure» après 10 ans au pouvoir et, surtout, des projets qu'il juge «déconnectés» comme le fameux Service rapide par bus, ce projet de transport en commun Québec-Lévis abandonné la semaine dernière.

Abandonné? Pas aux yeux du nouveau candidat à la mairie. «Pour moi, c'est clair que si Régis Labeaume est réélu, le SRB, tel un Phénix, renaîtra de ses cendres. Mais, il va peut-être l'appeler un monorail, un tramway ou un SRB plus», a illustré M. Gosselin selon qui l'administration actuelle fait la «guerre à l'automobile».

Le député de l'Action démocratique du Québec de 2007 à 2008 maintenant homme d'affaires est par exemple contre les rues conviviales qui favorisent des aménagements urbains quitte à sacrifier des espaces de stationnement.

Comme pour la rue Maguire où les commerçants de l'artère ont reçu récemment l'appui de la Ville de Québec pour élargir les trottoirs et planter des arbres. «Moi quand je vais sur la rue Maguire pour aller manger ou prendre une bière, je ne veux pas plus d'arbres, je veux un stationnement. Je suis pour les arbres, mais pas au détriment du stationnement», a dit M. Gosselin.

Jour 1 d'un parti

En plus d'être opposé au SRB, Jean-François Gosselin est en faveur d'un troisième lien. «Je suis le seul à être clairement en faveur d'un troisième lien», dit l'homme de 42 ans attablé à la boulangerie Paillard de la rue Saint-Jean où il recevait jeudi les journalistes de la presse écrite après une tournée matinale des émissions de radio.

Au-delà du SRB et du troisième lien, Québec 21 se positionnera pour les «services de proximité». La formation née jeudi matin promet surtout de se «connecter» sur la population. Ce que Régis Labeaume a perdu, estime M. Gosselin.

«Il faut aller voir quelles sont les priorités de citoyens. On représente des gens, des payeurs de taxes, il faut aller les voir.»

Il prône aussi un meilleur climat et un ton plus conciliant, notamment avec les employés municipaux, que le maire Labeaume a écorché par le passé.

Jean-François Gosselin promet aussi de revenir sur plusieurs dossiers. Amphithéâtre, relations de travail, services municipaux : les prochains mois seront chargés alors que la jeune formation Québec 21 n'est âgée que de... un jour. Et Jean-François Gosselin est visiblement emballé à l'idée de partir en campagne, sur le terrain, en prévision des élections du 5 novembre.

Labeaume indifférent, Guérette réjouie

L'arrivée d'un troisième candidat à l'élection municipale de novembre laisse Régis Labeaume de marbre, alors pour la chef de Démocratie Québec, Anne Guérette, il s'agit de la démonstration de l'impopularité grandissante du maire.

Comme il l'avait fait la semaine dernière lorsque la rumeur persistante envoyait Jean-François Gosselin comme candidat à la mairie, l'actuel maire Régis Labeaume a reçu la nouvelle avec indifférence.

«C'est un nouvel adversaire, il va y en avoir d'autres, j'ai rien de spécial à dire», laisse tomber M. Labeaume qui se dit «habitué» aux critiques.

La position anti-SRB du nouveau venu a toutefois fait un peu plus réagir le maire qui dit se questionner. «C'est parce qu'il n'y a pas de projet de SRB. Je ne sais pas de quoi on parle. J'ai-tu manqué quelque chose hier, moi?» ironise-t-il.

Le maire rappelle que les consultations annoncées après l'abandon du projet de SRB Québec-Lévis permettront de remettre tous les scénarios sur la table. «Ce que tout le monde devrait faire actuellement est d'écouter les gens. C'est de savoir qui on veut desservir. Ensuite on choisira le moyen. Mais il n'y a pas de projet à SRB à Québec.»

Insatisfaction grandissante

Pour sa part, l'entrée en scène de Jean-François Gosselin constitue «une très bonne nouvelle» pour la chef de Démocratie Québec, Anne Guérette, dans la mesure où ce nouveau joueur témoigne de «l'insatisfaction grandissante envers le maire actuel et que de plus en plus de gens se mobilisent pour le remplacer.»

Mme Guérette ne craint pas que ce nouveau joueur divise le vote des opposants à l'administration Labeaume. «C'est la démocratie. Ça va enrichir le débat et permettre aux citoyens d'assister à une course plus intéressante.»

Du programme du candidat Gosselin, avoue-t-elle, «on ne connaît pas grand-chose, à part qu'il est contre le SRB et pour le troisième lien».  Avec Normand Provencher




À lire aussi

  • Un parti contre Labeaume lancé jeudi

    La Capitale

    Un parti contre Labeaume lancé jeudi

    C'est officiel, Jean-François Gosselin fera la lutte à Régis Labeaume et Anne Guérette pour la mairie de Québec. Le nouveau Parti Québec 21 promet de... »

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer