Remorquage: la Ville a fait appel à des entreprises visitées par l'UPAC

Un porte-parole de la Ville souligne que trois... (123RF/NejroN)

Agrandir

Un porte-parole de la Ville souligne que trois compagnies ont soumissionné exactement au même prix pour le contrat de remorquage des véhicules durant les opérations de déneigement.

123RF/NejroN

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Même si le maire Régis Labeaume affirme qu'une «tentative de prise de contrôle du remorquage» a été déjouée l'an dernier dans la capitale et que le dossier a été transmis aux policiers, la Ville a eu recours aux services des entreprises visées durant tout l'hiver.

Mardi, nous apprenions qu'à Montréal ce secteur d'activités a été pris d'assaut par le crime organisé. Réagissant à la nouvelle, Régis Labeaume s'est félicité : «Visiblement, on a réussi à éviter ça [à Québec]». Il avance que trois entreprises de remorquage locales ont tenté de prendre les trois premières places à la suite d'un appel d'offres municipal «probablement pour blanchir de l'argent en achetant le plus de remorqueurs possible. Et aussi casser la compétition».

À la Ville, mercredi, un porte-parole soulignait que trois compagnies ont soumissionné exactement au même prix pour le contrat de remorquage des véhicules durant les opérations de déneigement. C'est de ces trois-là dont parlait la mairie : Remorquage M.L., Transport E.D.M. et Remorquage Auclair.

Il faut dire que les deux premières ont été fondées par des anciens employés de Remorquage Auclair, nous confirme le directeur des opérations de cette dernière, Christian Fortier. «Ce sont des individus qui ont déjà travaillé ici dans le passé. Mais maintenant ils sont partis de leurs propres ailes.» Il assure qu'il n'y a pas eu collusion pour fixer les prix, d'autant plus que ces deux compétiteurs jouent dans ses plates-bandes.

Et malgré les soupçons que semble entretenir M. Labeaume, ces trois entités n'ont pas manqué de boulot cet hiver puisque la Ville les a appelés chaque fois qu'il neigeait, nous confirment deux d'entre elles et deux compétiteurs. Mais les autres remorqueurs aussi ont été appelés.

Car le plus bas soumissionnaire ne gagne pas tout le contrat à Québec, insiste M. Fortier. La municipalité ayant besoin de beaucoup de remorqueuses, elle demande aux propriétaires de lui soumettre un prix à l'heure pour louer leurs services. Ceux qui misent le plus bas sont appelés en premiers, mais on contacte aussi les autres pour couvrir tout le territoire. Cet hiver, 9 compagnies ayant soumis des taux horaires de 69,95 $ à 98 $ ont donc fourni 45 véhicules.

Visites de l'UPAC

Les policiers ont cependant mené enquête nous confirme autant Remorquage M.L. que Remorquage Auclair. «L'UPAC est venue nous rencontrer, a demandé des renseignements, a demandé des documents. Puis on n'a jamais eu de nouvelles. Ça s'est arrêté-là», remarque M. Fortier.

Un concurrent qui n'a pas voulu être nommé trouve tout de même particulier que trois entreprises aient soumis exactement le même prix pour l'hiver qui se termine. «Un drôle d'adon», juge-t-il. D'autant plus que ce taux horaire serait particulièrement bas. Celui-ci jure toutefois n'avoir fait l'objet «d'aucune pression, d'aucune menace». Il ajoute que cela «n'a empêché personne de travailler».

Chez Transport remorquage STT, Steve Bourgeois ne croit pas qu'il y a eu collusion. Ni que le crime organisé a investi cette industrie à Québec. Mais il regrette qu'à la suite de la sortie de Régis Labeaume, «on passe tous pour des beaux crosseurs».

Labeaume peu loquace

Questionné de nouveau mercredi sur sa révélation de la veille, le maire Régis Labeaume n'a pas donné davantage de détails.

«J'ai tout dit ce que j'avais à dire. Et je ne veux pas aller plus loin parce que c'est dans les mains de l'UPAC. Je pense que c'est sage de le faire comme ça», a-t-il commenté.

«On n'en avait pas parlé avant. Si j'en ai parlé, c'est parce que je savais que la question viendrait avec ce qui s'est passé à Montréal. À partir de là, c'est à l'UPAC», a-t-il ajouté en réitérant que le service de l'approvisionnement a fait un travail «extraordinaire». Avec Valérie Gaudreau




À lire aussi

  • Remorquage: pas de permis révoqués

    Transports

    Remorquage: pas de permis révoqués

    Régis Labeaume affirme que la Ville cessera l'octroi de contrats à deux des trois entreprises de remorquage qu'il soupçonne de collusion puisque,... »

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer