Section musulmane dans un cimetière de Saint-Augustin

Cinq cents lots sont réservés aux citoyens de... (PHOTO TIRÉE DU SITE LEPINECLOUTIER.COM)

Agrandir

Cinq cents lots sont réservés aux citoyens de foi musulmane dans «Les Jardins Québec», un cimetière appartenant à Lépine Cloutier/Athos à Saint-Augustin-de-Desmaures.

PHOTO TIRÉE DU SITE LEPINECLOUTIER.COM

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Une portion du cimetière appartenant à Lépine Cloutier/Athos à Saint-Augustin-de-Desmaures sera consacrée aux défunts de confession musulmane. L'initiative a été prise par l'entreprise funéraire sans la participation du Centre culturel islamique de Québec (CCIQ) qui a déjà un projet de cimetière à Saint-Apollinaire.

Cinq cents lots sont réservés aux citoyens de foi musulmane dans «Les Jardins Québec» situé en bordure du fleuve Saint-Laurent. Leur inauguration est prévue à la fin du printemps. 

Le président et chef des opérations de l'entreprise, Yvan Rodrigue, a justifié la décision par «la volonté de satisfaire une nouvelle clientèle qui, vous le comprendrez a vécu dernièrement son lot de souffrances et de deuils, dans des conditions particulièrement pénibles».

M. Rodrigue ajoute avoir été contacté par le CCIQ plusieurs mois avant l'attentat à la mosquée, mais ne pas s'être entendu avec les responsables qui ont plutôt choisi de se tourner vers Saint-Apollinaire. «Nous respectons son choix, nous avons attendu que la situation de régularise afin d'offrir un autre choix sans intermédiaire aux citoyens de foi musulmane de la région de Québec», a poursuivi le président, qui a tenu à préciser qu'aucun règlement de zonage n'avait dû être modifié puisque le cimetière privé est aussi non-confessionnel. 

Besoins non comblés

«Les opportunités d'affaires, on peut les faire même avec les cadavres!» s'exclame le responsable du projet de cimetière et secrétaire au Centre culturel islamique de Québec (CCIQ), Mohamed Kesri, pour illustrer que la décision de la compagnie a été motivée selon lui par une question d'argent.

Il explique que cette nouvelle section de cimetière à Saint-Augustin-de-Desmaures ne comble pas, selon lui, les besoins des membres du CCIQ. «Si on avait voulu un carré dans un cimetière déjà existant, ça fait 10 ans qu'on l'aurait», fait-il valoir. «La communauté a préféré économiser pour avoir son propre cimetière», poursuit-il.

M. Kesri convient toutefois qu'il peut y avoir des musulmans intéressés par cette nouvelle offre. Mais, selon lui, la majorité des gens préfèrent savoir que leurs proches sont enterrés à un endroit possédé par la communauté et où les rites et coutumes sont suivis.

De son côté, le maire de Saint-Augustin-de-Desmaures, Sylvain Juneau, souligne également que Lépine Cloutier/Athos a initié ce projet sans communiquer avec la municipalité et que, de toute façon, c'est son droit de le faire puisqu'elle le fait sur son terrain privé.

Il s'en réjouit surtout, dit-il, si cela peut combler les besoins de certains de ses citoyens. M. Juneau croit par ailleurs que si les résidents de Saint-Augustin-de-Desmaures s'expriment à ce sujet, ce sera de manière positive.

Saint-Apollinaire: «J'aurais préféré qu'il n'y ait pas de registre»

Il y aura tenue de registre dans deux zones de la municipalité de Saint-Apollinaire concernant le projet de cimetière musulman de la société Harmonia et du Centre culturel islamique de Québec.

Le maire Bernard Ouellet l'a confirmé au Soleil mercredi après-midi, une fois passée l'heure limite avant laquelle les citoyens des zones concernées devaient manifester par écrit leur désir d'enclencher le processus référendaire.

«Je m'attendais un peu à ça, mais j'aurais aimé qu'on n'ait pas à passer à la prochaine étape. Maintenant, on va laisser aller les choses», a déclaré M. Ouellet, qui comme les autres membres de son conseil est favorable au projet. Les élus se réuniront prochainement pour statuer sur la suite du processus.

«Il y a assez de signatures pour passer à la tenue d'un registre dans la zone concernée et la zone 5A. Nous n'avons pas encore les chiffres officiels du directeur général des élections, mais selon toute vraisemblance, il faudra qu'environ 17 personnes sur les quelque 65 résidents des deux zones signent le registre pour qu'il y ait référendum.»

Encore de l'espoir

Pour Mohamed Kesri, secrétaire du Centre culturel islamique de Québec, il y a quand même encore de l'espoir pour ce projet de premier cimetière musulman au Québec à l'extérieur de Montréal.

«Bien sûr, ça me déçoit un peu. J'aurais préféré qu'il n'y ait pas de lettre d'opposition ou de registre, mais on l'accepte car on est dans un pays d'expression libre et que plusieurs d'entre nous ont justement quitté des pays où les gens ne pouvaient pas s'exprimer librement», a-t-il affirmé au Soleil mercredi.

«Nous avons de l'espoir, car ceux qui vont voter sont les gens autour du terrain et il y a beaucoup de commerces et de terrains agricoles. Cependant, si le projet est rejeté, nous, on va demander les causes du refus. Est-ce que c'est parce que les corps qui seront enterré dans ce cimetière sont ceux de gens qui sont musulmans?» termine-t-il.  Ian Bussières




À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer